Là, c’est vraiment le printemps (et je suis toute exaltée)

Avant le mois de mai, inutile de vouloir me convaincre qu’on est au printemps. Mon chat a encore son poil d’hiver, je boulotte toujours des crêpes le dimanche soir arrosées de cidre à l’Armagnac (un cocktail de ma composition pour survivre à l’hiver). Mais passé Avril, là ça sent vraiment le printemps et je suis toute excitée. Pour preuve.

9f018adfc3c47994b5aa44cb5a28af55

  • Je dis « En mai, fesse qui te plaît » et je l’assortis d’un rire bien gras (ben quoi, j’ai le droit d’avoir l’humour d’un garagiste texan).
  • Je fais de nouveau des projets : prendre un p’tit dej’ en terrasse, boire du rosé en terrasse, boire un apéro en terrasse, boire un cocktail en terrasse…
  • Les enfants jouent dehors et je retrouve une ouïe normale (après cicatrisation du tympan bien évidemment).
  • J’instagram toutes les fleurs qui se trouvent sur mon chemin. A la base, je me fous des géraniums, je vomis si on me parle engrais, je menace de me suicider avec de l’anti-limaces si je pose un doigt sur un sac de terreau.
  • Avant

    Avant

    Dans une serre au printemps

    Dans une serre au printemps

  • Je me trimballe avec un décapsuleur dans le sac qui fait gling-gling quand il se cogne contre mes clés.
    Erratum : je me trimballe toute l’année avec un décapsuleur dans le sac. Un apéro est si vite arrivé…
  • Je ne mets plus de sous-vêtements. Je porte des maillots de bains. Une baignade est si vite arrivée…Miley-Cyrus-in-Two-and-a-Half-Men
  • Je pense avec délice à tous ces cons de jeunes lycéens qui doivent rester cloîtrés dans leur chambre pour réviser le Bac pendant que moi je bois un verre en terrasse. Oui, savoir que certains galèrent alors que je prends mon pieds, me fait kiffer.
    53158
  • J’expose mes gambettes. OK, on dirait que je les ai volées à Casper le Petit Fantôme, mais si je les regarde avec une bonne paire de lunettes de soleil, on dirait que j’ai hiberné cinq mois aux Maldives.
  • D’ailleurs, je peux porter des lunettes de soleil dès le matin sans que personne ne me soupçonne de cacher une soirée particulièrement arrosée. Je me sens juste comme Horacio Caine : à Miami.
    horatio-caine-yeah-o
  • Je transpire à cause du soleil. Et j’aime ça. Sentir des aisselles pour un chaud rayon de soleil, ça vaut le coup.
  • Et puis surtout, je me sens dans cet état d’esprit là, avec ou sans poêle à la main :

giphy

Publicités