L’art de la conversation ou l’art de la guerre

642c2f9db430f9639d6199d6ea0ade38

Converser avec quelqu’un, c’est prendre le risque d’entendre des petites phrases – a priori sans importance – qui ont le don de nous énerver au point où on se demande « Est-ce que cette personne est vraiment une tâchonne ou bête comme ses aisselles ? » (les deux hypothèses revenant à peu près au même, j’en conviens). Petit tour d’horizon.

« T’es vraiment sortie avec CE mec »

Comprendre : t’es vraiment sortie avec ce déchet. Oui et alors ? Evidemment, il était à l’époque bien plus beau, moins alcoolisé, plus intelligent, moins gras,…mais oui, j’ai passé quelques nuits avec lui. Cependant, je n’apprécie pas beaucoup que l’on considère que parce que je suis sortie avec ce que la personne soit une sous-merde, je le deviens moi aussi parce que je n’ai pas son niveau de goût humain. C’est oublier que ramasser un déchet, c’est un geste pour l’environnement.

« Je peux manger tout ce que je veux, je ne prends jamais de poids » (dit par une fille qui fait 20 kg ou quelque chose comme ça)

La nature est ainsi faite : d’un côté, les filles qui grossissent à la vue d’un cornichon dans une pub à la TV ; de l’autre, celles sur qui les lipides et autres calories s’évaporent dès qu’elles enfournent trois pains au chocolat et 400 gr de burritos. Je ne vois absolument pas l’intérêt de mettre cette discussion sur le tapis.

« Je n’aurais jamais dû manger ça, j’ai super mal au ventre » (dit par la fille de 20 kg ou quelque chose comme ça)

Tant mieux. Moi, je viens de bouffer 10 tacos et mon estomac est OK pour poursuivre l’expérience avec une raclette.

« Je déteste Beyoncé »

Menteur ! Personne ne déteste Beyoncé. Ni Michelle Obama. Même Céline Dion pourrait figurer sur la liste des personnes que l’on aimerait détester, mais que l’on ne peut pas parce qu’elles sont très pro/ très talentueuses/très sympa/très nature/très bien habillées. C’est comme ça, il n’y a même pas matière à discussion.

« C’est… sympa ton petit haut »

Connasse, on sait tous ce que ce « sympa » veut dire et il n’est absolument pas synonyme de « joli » ou de « mignon ».

« C’est quand que tu te trouves un vrai job ? »

Donc, il y a des vrais jobs et des faux jobs, première nouvelle. Parce que pour moi, il y a les gens qui bossent dur, souvent soumis à la pression de la productivité, et ceux qui les regardent les bras croisés. Pour ma part, j’estime faire partie de la première catégorie. Ce n’est pas parce que je travaille depuis mon lit mon home-desk que je suis une fainéante. Vous pensez qu’écrire est un job facile ? Que l’on fait ça uniquement sous rhum et que le clavier pond tout seul un texte structuré ? Que ma rédac’ chef – si fabuleuse – aime tous mes articles sans exception ? Vous croyez que quand elle me dit « Dis Brit’, ton article tu l’as écrit avec les pieds ou lors d’une descente après absorption de LSD ? », cela signifie que je ne suis pas soumise au stress ? Vous diriez donc que je n’ai pas un VRAI job ? Allez vous faire foutre !

« Je suis à sec » (un héritier qui considère que 5 000 euros est de nos jours le strict minimum pour vivre)

Quand on sait qu’une bonne partie de notre génération va vivre avec des crédits sur le dos qui seront remboursés par leurs petits-enfants et qu’en général elle va passer une bonne partie de son existence à payer des agios pour découvert, je trouve que cette réflexion est juste insultante.

« Mon secret de beauté ? Un peu d’eau fraîche tous les matins sur mon visage »

Moi aussi, j’ai la chance d’être génétiquement programmée pour avoir une peau parfaite, non soumise aux effets de la pollution et du vieillissement. Cependant, je ne me prends pas pour Manon des sources s’aspergeant au lait de chèvre. Il y a des gens qui luttent toute leur vie contre l’acné et la couperose ; j’ai un profond respect pour eux.

« Tu savais que j’avais couché avec ton mec ? »

Tu parles du déchet évoqué ci-dessus ? Franchement, est-ce que ce sont des choses qui se disent ? La prof d’éducation sexuelle ne lui a-t-elle donc rien appris ? Par contre moi, j’ai pris quelques cours de neutralisation des boulets et je suis prête à les mettre en pratique. De suite.

« Je suis super occupé, j’ai le temps de rien »

Ce qui suppose que le reste des êtres humains glande et fait des Instagram de ses doigts de pieds en éventail sur une plage ? En réalité, personne n’a rien à faire, mais certainement que vous, comme vous devez être mal organisé, vous avez l’impression d’avoir beaucoup plus à faire. Une histoire de perception et de compétences en somme.

« Oula, t’es sortie toi hier soir… » (Une connaissance chez Auchan)

Ce qui signifie en d’autres termes que j’ai une gueule de déterrée, voire invalidante. Il est vrai que les néons de supermarché n’ont jamais sied à mon teint et que le gras de mes cheveux suintant jusque dans mon dos pourraient prêter à confusion. Alors que pas du tout : je reviens du sport et j’ai même pas encore bu une Pina Colada de la matinée.

Advertisements