Lettre aux Hellocotonneuses

1000-followers-sur-hellocoton-concours-inside-L-OKtbju

Chères Hellocotonneuses,

En règle générale, quand un blog parle d’Hellocoton, c’est pour :

  1. Râler parce qu’on n’est pas dans la sélection du jour
  2. Râler parce qu’on n’est JA-MAIS en Une (celle sui te ramène 100 000 visiteurs en trois heures)
  3. Râler parce que notre post n’apparaît pas dans les 30 secondes dans la Time Line des articles tout frais.

En bref, on se demande bien ce que fout la rédaction en dehors de populariser ses copines, boire du Kusmi Tea et manger des galettes au beurre tout en se comparant le vernis des ongles.

Evidemment, en dehors de tout ça, on adoooore Hellocoton.

Vous comprendrez bien chères Hellocotonneuses que je ne veux pas entrer dans ce débat ayant pour ma part été régulièrement dans la sélection du jour, eu la chance d’avoir été placée une ou deux fois en une pour des articles que je trouvais un peu médiocres et trouvant les galettes au beurre excellentes quand on les trempe dans le café. De plus, j’aurais trop peur de subir des représailles genre me retrouver en Une avec uniquement des posts sur le Nail Art, thématique Pokémon, ou d’autres traitant de tests après-shampooings.

Cette fois, c’est à vous, chères Hellocotonneuses, que je souhaite m’adresser. Pas pour vous dire que vous êtes merveilleuses, que la vie sans vous serait beaucoup plus triste ( ??? Y’en a qui ferait mieux d’arrêter l’internet et d’avoir une vie sociale) et que je « surlike » quand vous avez le courage de me dire que vous LOLez mon article même si, entre nous, étant assez égocentrée, j’apprécie que l’on me complimente.

Ce que je voudrais vous dire, c’est qu’à cause de vous, vous me voyez transformée en pauvre junkie de la blogosphère à chaque fois que je publie un post. Cela se traduit toujours de la même manière :

Publication + 15 secondes :  Je vérifie que mon post paraît bien dans la Time Line. Comme ce n’est pas immédiat, je rafraîchis environ toutes les 10 secondes mon navigateur.

Publication + 2 longues min. :  Mon post n’est toujours pas dans la Time Line. Je vide la mémoire cache de mon ordinateur.

Publication + 3 min.  :  Toujours rien. J’envoie un tweet gentil au CM d’Hellocoton sur Twitter.

Publication + 6 min.  : Elle me répond que ça va arriver.

Publication + 6 min.  et 15 secondes : Sauf que ce n’est pas arrivé. Je lui envoie un tweet d’insulte. Elle me retourne un cœur avec les mains.

Publication + 15 min. : Mon post est enfin en ligne (j »tais à deux doigts de me trancher les veines avec le capuchon de mon Bic). J’exulte. Je fais la danse de la joie avec mon chat (je lui tiens ses deux petites pattes avant et le fait rebondir sur les deux autres pattes). Je bois.

Publication + 20 min. : Je vérifie le nombre de petits cœurs récoltés. Rien.

Publication + 21 min. : Toujours rien. Tant pis, je m’en mets un ! Après tout, je trouve toujours mes articles très bons sur le coup.

Publication + 1 heure : J’ai trois cœurs et je suis au fond du seau. J’ai l’impression, mes chères Hellocotonneuses, que vous me détestez. Je me sens abandonnér, d’un coup la vie n’a plus de sens .Je commence à pleurer avec de la morve qui sort de mes narines. Je m’essuie sur le chat.

Publication + 1h05 : Le compteur de cœur affiche encore trois coeurs. J’enrage. Je trouve que vous êtes des connasses parce que vous n’avez pas su reconnaître tout le génie que j’ai mis dans mon article.De toute façon, je n’ai pas besoin de vous pour savoir que j’ai du talent (je crois…).

Publication + 1h10 : En fait, le compteur de cœur bugge un peu et a besoin que l’on vide (encore !) la mémoire de son PC pour afficher le nombre de cœurs réels à l’instant T. J’ai 24 cœurs.

Publication + 1 h 11 : J’envoie un tweet d’insulte à la CM en lui faisant part de ce bug technique.

Publication + 1h12 : Elle me retourne la photo d’un doigt « nail arté » en Miley Cyrus qui me fait un fuck. J’apprécie qu’elle s’intéresse à moi.

Publication + 12 h : Je suis dans la sélection du jour… en dernier ! C’est pas avec ça que je vais avoir mes 120 000 visiteurs. J’en informe la CM qui ne me parle plus.

Publication + 12 h : Je décide que de toute manière ma vie ne sera pas tournée vers vous et le nombre de vos cœurs. Je bois.

Publication + 13 h : J’ai 30 commentaires sur mon blog dont beaucoup d’Hellocotonneuses qui m’écrivent : « J’ai découvert ton blog via HC. C’est fabuleux », « Ahahaha », « Lol », « Bravo pour la Une !», « Enlarge your penis »… J’avoue que je n’ai pas fait le tri dans les commentaires reçus, certains ne sont peut-être pas écrit par vous.

Publication + 14 h : les stats s’affolent. Et moi, j’en picole de joie.

Publication + 26 h : C’est la fin des réjouissances, la Une a changé, vous m’avez oubliée comme une belle-mère que l’on laisse les yeux bandés sur le bord de l’autoroute. A nouveau, je me sens seule, isolée, mal-aimée. J’envoie un tweet à la CM d’Hellocoton pour lui faire part de mon désespoir.

Publication + 26 h et 20 secondes : Elle me tweete que le réconfort se trouve dans l’alcool et l’écriture d’un nouvel article qui sera peut-être de nouveau dans la sélection du jour. Finalement, je me dis qu’elle me connaît bien.

Ainsi, tout le drame est là ! Vous, sublimissimes Hellocotonneuses, vous êtes des ogresses qu’il faut sans cesse nourrir en articles et dont le doigt levé de l’Antiquité romaine s’est transformé en hypocrites mignons petits cœurs parce que l’on vit dans un monde d’amour (mon cul !). Vous switchez les blogs comme on change de culotte, ce qui dans l’absolu n’est pas un mal puisqu’il faut bien penser à toujours mettre un slip propre au cas où il vous arriverez un accident et que les pompiers soient obligés de vous déculotter (conseil de ma grand-mère).

Alors, parce que je suis droguée à vos cœurs, à vos commentaires, aux stats qui me confirment d’où vous venez, je continue… sauf que ce n’est pas (que) pour vous.

Je vous embrasse ; j’ai besoin d’augmenter mes stats.

BBC

Advertisements