Take my place #4 : Je t’aime mon amour

tumblr_lrsxy3Z9Hr1r0o0m6o1_400_large

Mon p’tit chat, mamour, ma puce, mon sucre d’orge, mon poussin, mon chéri, mon cœur, mon ange, ma crotte, ma crevette, chouchou … Ah, ces surnoms débilous que l’on entend tous régulièrement et que s’échangent allégrement les amoureux de la première heure, les autres aussi parfois. Ça me gonfle.

Autant ce qui peut m’attendrir chez un jeune couple se bécotant sur les bancs publics (enfin je ne sais pas à l’époque de Georges mais aujourd’hui, les bécots sont tombés aux oubliettes, remplacés par de vrais gros patins que même soumis à LA poussée dentaire de l’année, mon fils ne faisait pas mieux en terme de quantité de bave sur le menton), m’énerve chez les couples bien installés (pardon my tolérance).

Enfin, il parait que les petits noms amoureux sont importants pour le couple. Ce sont les psy qui le disent. Oui Madame. Il paraitrait que les petits noms créent une intimité dans le couple, une dimension d’exclusivité, une symbolique qui permet de faire comprendre à l’autre que l’on tient à lui/elle. De mon côté, sincèrement, je préfère les diamants. Plus couteux c’est sûr mais c’est un plaisir moins éphémère.
Ce qui m’énerve au fond, c’est cette question d’exclusivité et surtout celle de renonciation. Impossible pour moi de ne pas bondir lorsque j’entends quelqu’un dire, les larmes dans les yeux : « c’est ma moitié » (sans les larmes, ça me gonfle aussi). Vous remarquerez que ce sont surtout les femmes qui disent ça (suivi de certains des candidats de l’Amour est dans le pré, mais eux, on peut comprendre, vu le nombre de dents qu’il leur manque).

Non mais, allo quoi ??? oh, les nanas !! Depuis quand aurions-nous besoin d’un homme pour être complète, entière ?? Mettons que tu rencontres un homme, le bon (pour quelques années du moins) à 26 ans. Ça veut dire que tu as passé 26 ans de ta vie bancale, genre une jambe en moins ?
Non, sérieux, faut arrêter de se réduire à la moitié de ce qu’on est !!

Et la phrase souvent prononcée dans les mariages « c’est le plus beau jour de ma vie ». Sympas pour les jours qui restent … c’est un peu comme « tu es bien habillée aujourd’hui ». Comment peut-on vivre en pensant que ce que l’on a vécu de plus beau est derrière nous ? A quoi se raccrocher lorsque la vie est plus difficile puisque quoi qu’il arrive, on a déjà vécu le meilleur ?

Alors oui, je sais, ce sont des phrases et des mots tout fait, que l’on dit sans réfléchir mais je trouve que cela n’aide pas à l’émancipation de la femme.

Et je l’affirme haut et fort, je ne suis la bichette de personne, je n’ai pas de « minou » à la maison, mon Jules m’a prise avec mes deux mains, mes deux pieds, mes jambes, mes bras et ce qui va avec et le plus beau jour de ma vie reste à venir. Et je vais bien. Merci.

 

Ecrit par la plume de Jurist In The City

___________________________________

square-256-82440-fa712a7f6f0166ac83ca2bf2dff516aa

 

De Jurist In the City, on sait qu’elle est juriste (à Pôle Emploi) et qu’elle habite dans une Ville (Aix en Provence en l’occurence).
Elle se définit avant tout comme une curieuse de tout. Moi, je dirais surtout qu’elle a la langue bien pendue ! N’hésitez pas à la suivre sur son blog.

Publicités