10 choses que l’on pense mais qu’on ne dit pas

les-5-cadeaux-a-ne-pas-offrir-1


On a beau se dire être quelqu’un de franc,
il y a de nombreuses fois où, à moins de vouloir passer pour un asocial, on choisit de ne pas dire les choses que l’on pense préférant même aller jusqu’au mensonge. Entre hypocrisie, diplomatie, peur de blesser, lâcheté, et si on choisissait la voie du compromis ?

 

  • Ce que vous pensez : Oh putain de Jésuite, qu’il est moche ! (A une copine qui vient de mettre 26 heures pour accoucher de  son bébé) 

Ce que vous dites : Oh, qu’il est choupinet.

Le compromis : Tu sais, certains enfants manifestent très tôt leur grande personnalité et n’axent pas tout sur le paraître. Je suis sûre que pour ton petit Théo cela sera le cas.

  • Ce que vous pensez : Dis donc, t’aurais pas pris 120 kg depuis la dernière fois où l’on s’est vues ? (A une copine pas vu depuis longtemps)

Ce que vous dites : C’est fou comme tu as l’air beaucoup plus épanouie.

Le compromis : C’est merveilleux, tu es complètement épanouie… et dilatée.

  • Ce que vous pensez : Te dire que tu as été une mère très castratrice est un doux euphémisme (A votre mère)

Ce que vous dites : Tu as été une mère siiiii présente pour Marc et moi.

Le compromis : Cela a été une véritable chance de t’avoir comme maman. Sans toi, il n’y aurait jamais eu de sociopathe dans la famille. Au fait, tu as été voir Marc quand à l’HP ?

  • Ce que vous pensez : T’es gay, ça se voit comme un bouton de fièvre sur une lèvre vaginale (A un pote)

Ce que vous dites : Tu mérites une fille bien.

Le compromis : J’ai un pote qui a loué un petit truc à Mykonos, il cherche un ami pour l’accompagner. Comme toi, il aime beaucoup Mylène Farmer, les Pet Shop boys, faire l’amour par les fesses, tout ça, tout ça…

  • Ce que vous pensez : Elle est pourrie ta blanquette ! (A votre belle-mère)

Ce que vous dites : C’est très bon. Vous me donnerez la recette ?

Le compromis : Une deuxième fois serait de trop, je vais vomir. Je crois que c’est à cause du pain.

  • Ce que vous pensez : Comment ce con a-t-il pu devenir directeur du département ? (A un collègue fraîchement promu)

Ce que vous dites : Félicitation, tu le mérites.

Le compromis : Ce que j’aime dans cette société, c’est que l’on donne sa chance à tout le monde quelles que soient ses compétences ou ses capacités. Et même si on n’en a pas.

  • Ce que vous pensez : Je n’arrête pas de penser à toi. Tu m’excites tellement.(A un ex)

Ce que vous dites : C’est génial ma nouvelle vie de célibataire. Je rencontre tellement de gens… Je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

Le compromis : Ce n’est pas que j’ai envie que l’on se remette ensemble – quoique -, mais si tu veux faire l’amour, je suis dispo. Là, dès à présent. J’ai un trou… (silence)… Dans le planning, je veux dire.

  • Ce que vous pensez : Tu peux lui dire d’arrêter de hurler à ton mioche ou je lui marave la tête jusqu’à lui faire exploser le cervelet. (A un copain accompagné de son gosse)

Ce que vous dites : Ah, les enfants… (soupir)

Le compromis : C’est cool d’avoir un enfant qui sait déjà ce qu’il veut faire plus tard : sirène !

  • Ce que vous pensez : vomi, vomi, vomi ! (A une copine qui vient de refaire son appart)

Ce que vous dites : Mais que c’est charmant !

Le compromis : C’est incroyable ce que tu as réussi à faire, on dirait que c’est Valérie Damidot qui est passée par là !

  • Ce que vous pensez : Je me ferais bien ton mec. (A une amie nouvellement en couple)

Ce que vous dites : Je suis contente pour toi que tu aies trouvé quelqu’un de bien.

Le compromis : il a l’air très sympa. En apparence. Vraiment très sympa. Presque trop sympa…Ca lui ferait les pieds d’être avec une pétasse, genre moi. Même en court séjour.

__________________

Merci à @melanie Zette-Auffret, @MarianneFerdinand, @MaudBMorris

Publicités