Au secours, mon stagiaire me pose des questions !

etudiant_regarde_objectif_ok1-1

Etre maître de stage, ce n’est pas toujours simple. Il faut savoir se montrer pédagogue, tout en lui permettant de se confronter à la réalité de l’entreprise et les limites qui doivent se fixer dans le cadre des relations professionnelles. Exemples de réponses possibles aux questions les plus fréquentes de nos petits stagiaires.

Est-ce que je pourrais avoir une mission plus intéressante, avec plus de responsabilités ?

  • Plus intéressante qu’être « assistante débourrage papier » ? Franchement, je ne vois pas trop ce que tu reproches à ce job…
  • Je me disais justement que tu pourrais classer les trombones par taille et par échelle chromatique. Ca nous fera gagner du temps.
  • Tu pourrais former le mec qui va te remplacer et qui vient de signer son CDI ?

Comment tu as fait pour en arriver là ? J’aimerais bien réussir comme toi.

  • A force de travail acharné. Et de piston.
  • Avec de la poudre de licorne magique et un peu d’EPO.
  • J’en ai sucé des bites ! Heu, je voulais dire on m’a mise sur orbite… Un gentil monsieur qui aimait mon travail. Voilà, voilà… Tu veux que je te fasse un café ?

Je suis vraiment obligée de faire ses 250 photocopies en réduction 90% et en recto/verso ?

  • Ca dépend de la note que tu veux obtenir pour ton stage ?
  • Non, mais dans ce cas, tu peux aussi prendre tes affaires et te barrer pour toujours tout en sachant que je vais pourrir ta carrière avant même qu’elle ne soit entamée. (grand sourire)
  • Non, je te fais faire ça parce que c’est le seul domaine dans lequel tu me sembles vraiment compétent(e).

Tu prends du sucre dans ton café ?

  • Allez, va chercher ! Good girl, good girl…
  • Tu veux une grosse baffe dans ta gueule pour ne pas encore connaître par cœur ce point essentiel de ta formation ?
  • Bien sûr. Tu me mets exactement 2,5 gr de sucre au carré multiplié par le volume concentré au cube et divisé par la quantité de matière initiale fois 2. Te trompes pas, je suis hyper exigeante sur les dosages.

(En brief interne) Je peux dire quelque chose ?

  • Surtout pas. (Tout douvement) Pssst… C’est pour ton bien que je dis ça.
  • Vas-y qu’on rigole.
  • Si c’est une saloperie sur la connasse du marketing, tu peux.

Tu pourras me montrer comment tu calcules le retour sur investissement de cette action de communication ?

  • En gros tu me demandes de t’apprendre à faire ce pour quoi je suis payée dans le but secret de me piquer ma place ? Comme ça, moi je finis à la rue parce que je n’ai plus une thune pour payer mon loyer. Du coup, je vole du surimi au Leader Price. Je finis en tôle où je deviens l’esclave sexuelle d’une mule cubaine à la peau grasse appartenant à un gang mafieux colombien ? ET TOUT CA PAR TA FAUTE !?!
  • C’est simple, comme ça !

5721467794

  • J’aurais aimé, mais tu n’as pas le pré requis #1 : apprendre à compter.

Je peux sortir plus tôt ce soir.

  • Non.
  • Pour que tu te fasses violer et étrangler alors que tu es sous la responsabilité de l’entreprise ? Crève !
  • Ca tombe mal, j’ai besoin que tu imprimes et que tu relis les 75 dossiers « Bilan Comptable » de 125 pages pour demain matin 8 heures. Une autre fois. Peut-être. Ou pas.

Le boss m’a proposé un CDD après mon stage. Tu crois que je dois dire oui ?

  • Si c’est pour travailler avec moi, tu dis non. J’ai pas besoin de me coltiner un boulet en plus de tout ce boulot.
  • Si c’est pour travailler avec moi, tu dis oui. Tu me remplaceras le soir pour faire des heures supp’ non payées.
  • Ca dépend. Si tu as foi dans le monde du travail et la baisse éventuelle des chiffres du chômage, tu peux toujours tenter ta chance ailleurs.

Je peux venir en réunion client ?

  • Oui, si tu apprends à avoir l’air moins con.
  • Ta demande ne pouvait pas mieux tomber. Parce que l’autre jour, avec le client, on parlait des imbéciles heureux ; cela lui fera plaisir que je lui en ramène un vrai.
  • Tu veux me faire honte et ruiner ma carrière, c’est ça ?

Est-ce que j’aurais une prime de stage ?

  • Mouahahah !
  • T’es sous acide ? Tu te drogues ? Tu veux une adresse pour une désintox ?
  • Tiens, elle est là ! Un joli crayon et un décapsuleur au nom de notre belle société. T’es content ?

On pourrait s’organiser une petite réunion en tête-à-tête pour que tu me dises ce que tu penses de moi, e mon travail, tout ça tout ça.

  • Pas la peine d’une réunion, ça tient en deux mots : boulet incapable !
  • Tu es formidable. Je voudrais que tu restes avec moi toute ta vie ; ton ignorance me met tellement en valeur.
  • Tu es parfaite. Trop. Dégage.

Mes parents connaissent bien le boss. En plus, c’est mon parrain.

  • Je t’ai dit que, malgré le fait que je viens de lui pourrir la gueule par derrière pendant les 20 minutes, au fond je le trouve formidable, talentueux, généreux, bourré d’humour,… ?
  • Comme on dit, « les cons avec les cons ».
  • Ah ouais ? Moi, je couche seulement avec. Que le mercredi. Parfois le jeudi aussi.

Tu viens à ma soutenance de stage ?

  • Nan, j’ai autre chose à faire qu’assister à ces conneries.
  • Ouep. Je pense que cela intéressera tes profs que je leur raconte comment tu as réalisé un film pornographique avec des Playmobil au lieu de faire le benchmark du marché des salamis.
  • Seulement si tu prononces les mots « ornithorynque », « fessée » et « Dimanche à Bamako » dans ton exposé. 

___________________________________

Des questions de votre stagiaire vous laissent sans réponse ? Ecrivez-moi, je me ferais un plaisir d’y répondre à votre place.

Un tumblr à suivre de près sur les pauvres maîtres de stage qui vivent avec des stagiaires : jevisavecunstagiaire.tumblr.com

 

Publicités