Au secours je dois m’habiller pour les fêtes !

198228821068300610_i8x3JhmZ_c

 « Qu’est-ce que je me mets pour les fêtes ? »
Si la question ne vous effleure pas au moins 120 fois par jour en cette période de fêtes de fin d’année et ne commence pas à vous rendre hystérique, c’est qu’il y a comme un problème avec vous. Un truc du genre vous n’avez pas d’amis, vous vivez en Patagonie avec Florent Pagny, vous participez à un Jour de l’An naturiste.

Et c’est vrai que l’enjeu est important. Etre belle pendant les fêtes revêt un caractère tout aussi important qu’être belle en maillot, l’enjeu de l’épilation pelvienne en moins. C’est le moment où l’on clôture sa Fashion Year en se la pétant grave dans une merveilleuse robe de soirée assortie d’un joli petit sac à main tout en pumped up sur « Boris Soirée Disco ». Autant le dire, vous n’avez pas droit à l’erreur et c’est impeccable que vous devez commencer et surtout finir votre réveillon.

Je tiens donc pour une fois à jouer les blogueuses mode (il paraît qu’on peut se faire du blé dans le milieu !) et à vous alerter : être belle et bien fagotée, c’est bien, mais encore faut-il connaître tous les pièges qui découlent d’une simple tenue de soirée. Alors avant de choisir votre tenue, veillez à bien prendre note des avertissements suivants.

Vous avez opté pour la robe de couleur claire

robe blancheElle est trop belle cette robe couleur de temps de neige! Dedans, vous ressemblez à la Reine des Glaces Vanille de Madagascar, les deux noix de macadamia en moins. Toutefois attention ! A la robe couleur claire, je dis DANGER !

Retour un an en arrière. Vous vous rappelez quand prise d’une envie subite de sucre, vous vous êtes jetée sur le chou fourré à la crème le plus replet du plateau ? Vous vous souvenez quand vous avez mordu dedans à pleine dent ? Et ce moment où vous vous êtes rendue compte que ce chou était finalement un poil trop rembourré, remember bien dans votre tête ? Je pense que je n’ai pas à en dire plus concernant la légitimité de votre nouveau surnom : la Monica Lewinski à la robe à la crème pâtissière. Maigre consolation : dites-vous que si vous aviez porté  une tenue de soubrette, on vous aurait embauchée au Sofitel.

Allez hop ! #NextDress.

Vous vous rêvez en robe longue

robe longueC’est THE robe de soirée ! Celle avec laquelle, vous vous sentez un peu comme une star aux MTV Awards. Pour peu que vous aériez le cuissot par la fente et vous vous imaginez en  Angelina Jolie… qui a un peu de cellulite autour du genou certes, mais Angelina Jolie quand même.

Notez juste que la robe longue, c’est la fausse amie par excellence. Celle qui vous fait croire que vous pouvez masquer vos deux poteaux impunément, que vous pouvez vous promener tranquillou avec du poil aux pattes et que vos échasses de 13 cm de talon se remarquent à peine – même si vous semblez avoir des jambes de 1m20 et un torse de 30 centimètres -.

La robe longue, c’est en fait surtout la robe qui traîne sa misère sur le sol ramassant au passage mégots, restes de bûche et seringues usagées. C’est bien simple, à la fin de la soirée, vous pouvez trouver au bas de votre robe à boire, à manger et à vous droguer sans rien payer. Ainsi, ce n’est plus Monica Lewinsky que l’on vous appellera (voir « la robe claire »), mais Swiffer. A vous maintenant de voir quel petit nom vous paraît le plus supportable à accepter pour le restant de votre existence.

Vous voulez dépenser une blinde dans une robe de créateur

robe de cr+®ateurVotre petite folie pèse 350 grammes et a 3 paillettes dans le bas du dos, mais quelles paillettes ! De la véritable paillette d’étoile du Berger qui a guidé les rois mages en Galilée (si, si, la vendeuse vous l’a certifié et vous a remis un certificat signé Paco Rabanne). Alors certes, cette petite robe en soie et satin et siglée Haute-Couture vous a coûté un bras, un rein et un demi-poumon au marché noir, mais franchement cela vaut le coup. Que vous pensez, jeune fille !

Du créateur sur le dos, c’est surtout l’obsession de ne pas finir la soirée la robe sans accro. A partir de là, deux choix s’imposent :

  •  Soit vous laissez votre magnifique robe dans votre dressing mais c’est tout de même dommage d’avoir dépensé tant d’argent pour faire plaisir à votre penderie qui part ailleurs ne vous a jamais rien offert,
  • Soit vous vous enveloppez dans du papier cellophane pour préserver votre tenue de toute attaque de tache ou autres marques de cigarettes.
    Notez que cette astuce peut être appréciée dans certaines tribus primitives adepte de la papillote cuite au micro-ondes. Compte-tenu du nombre de grands malades qui habitent cette Terre, je suis persuadée que ce genre de peuplade doit bien exister quelque part et qu’elle vous accueillera les bras ouverts pour fêter la nouvelle année.

American woman en robe bustier

Bustier-PailletteYou’re sexy and you know it ! Rien de mieux que la robe bustier pour se mettre en valeur. Sauf que, si l’on connait parfaitement le danger du roploplo qui s’ébroue en liberté au milieu d’une choré cadencée du Gangnam Style, c’est oublier l’effet du gras du coin du dessous de bras. Vous savez ce petit bourrelet que vous êtes obligée de pousser à la main pour le faire entrer sous le bras mais qui ressort au bout de 30 secondes. Du coup, vous passez la soirée une main sous l’aisselle ce qui manque cruellement de glam’… sauf si vous voulez pécho du camionneur ou du fan de tuning. A voir…

« Alors je mets quoi au final ? », me demanderez-vous.

Et bien ça ! Une fabuleuse robe longue bustier de couleur claire.

Conclusion

Je sais, tout cela va à l’encontre des avertissements que vous ai donnés plus haut, mais comme se questionnait le philosophe « La vie vaut-elle d’être vécue sans risques ? ». A priori non, et comme c’est aujourd’hui la fin du monde, je suis prête à courir tous les dangers !

(article sponsorisé ASOS)

Publicités