Un message de mon ex…

C’est vrai que je parle beaucoup du célibat. De mon célibat. De ces longs mois jours où rien ne se passe dans ma vie sentimentale – ni dans mon lit d’ailleurs – et où les seuls frissons qui me traversent sont ceux du vent qui me transperce. Ou de la fièvre d’une gastro. Mais il ne faut pas se méprendre, il m’arrive de temps et temps d’avoir des relations. Et je dirais même plus : des relations suivies, parfois de quelques mois, avec des amoureux avec qui je crois que « nous » c’est pour la vie.

Cet état de fait entraîne donc logiquement la création d’ex plus ou moins regrettés, plus ou moins assumés, plus ou moins encore en contact.

Tout cela pour vous dire que hier soir, j’ai reçu un SMS de la part d’un ex. Un gars que j’avais rencontré il y a 4 ans dans des circonstances inconnues de ma mémoire (a priori, j’avais un peu bu) mais dont je me souviens que nous avions prévu de nous enfuir à Malibu Beach pour fuir mon père, un parrain de la mafia, qui n’aurait pas supporté que sa fille unique et chérie – en l’occurrence moi ! – soit amoureuse d’un autre homme que lui.
Je vous le confirme : il m’arrive de raconter des histoires aux types que j’ai envie de pécho pour qu’ils puissent mieux apprécier notre rencontre.

Bref. De ce garçon, je n’avais plus de nouvelles depuis notre séparation. Sauf hier soir avec ce texto.

Sur mon téléhone, je lus : « Salut ».
Juste « Salut ».
Rien d’autre.
« Salut ».
Pas même un signe de ponctuation, un point d’exclamation enthousiaste ou trois petits points timides.
Pas une seule indication sur la nature de cette intervention aussi soudaine qu’inattendue.

Simplement « Salut ».

J’ai un peu cherché quels événements auraient pu susciter ce « salut ». Mon anniversaire était passé, mes parents sont toujours en vie et je ne pense pas lui avoir refilé une quelconque maladie vénérienne dont le délai d’incubation serait de 4 ans.

En réfléchissant encore un peu, j’en suis arrivée à l’hypothèse que derrière ce « salut », il voulait me dire avec pudeur les mots suivants :

« Salut, je regrette que notre histoire se soit terminée ainsi. Désolé de t’avoir fait subir toutes ces choses. Désolé de t’avoir trompé avec Véronique (qui m’a d’ailleurs refourgué une MST). Désolé de ne pas t’avoir offert cette merveilleuse paire de Jimmy Choo. Je suis un odieux connard et je ne méritais pas une fille comme toi qui a les plus magnifiques cheveux de la Terre. »

OK, j’ai peut-être enjolivé la fin.

Comment ce si petit « salut » peut-il provoquer autant de troubles en moi ? J’ai la tête pleine de sentiments aussi différents que l’amour, la haine, l’incompréhension, le ressentiment, l’amertume, et le corps en émoi total.

J’ai décidé de répondre à son SMS parce que je suis polie et parce qu’il m’est difficile de voir mon cerveau déconnecté de mon cœur sans y apporter de point final.
J’ai écrit : « Salut ».

Maintenant, nous sommes à égalité face au doute de savoir ce que l’autre a bien voulu dire. Et puis, j’ai pris l’avantage : j’ai effacé son numéro de mes contacts parce qu’il arrive un jour où il faut avoir le courage de faire du ménage dans sa carte mémoire.

Publicités