Vider son sac…

;

Quand on manque d’inspiration, on a deux choix :

– Ou on écrit un billet sur la page blanche et où on dépeint la vulnérabilité du talent de l’auteur fasse au néant, au mal-être qui s’empare et à la culpabilité de ne pouvoir offrir à ses lecteurs – les seuls pour qui on donnerait sa vie – leur pitance littéraire promise.

– Ou on vide son sac. Au sens propre.

J’ai choisi cette solution car d’une part, je n’ai jamais été pour le billet des lamentations. Limite un mur je trouve ça moyen, alors un post… et d’autre part, il était d’une absolue nécessité de ranger mon sac qui, outre le fait d’être un véritable foutoir, commençait à en émaner des odeurs suspectes à l’origine inconnue (vieux bout de croissant ? gel antibactérien mélangé à un échantillon de fond de teint de 1998 ? préservatif usagé ?… On ne sait jamais ce qu’on peut y fourrer à la va-vite).

Petit tour du propriétaire.

  1. Crayon à papier
    Je l’ai volé à l’ESC de Pau lors de la soutenance de stage de mon stagiaire. Le stagiaire était nul, le café avait bouilli, les croissants avaient un goût de plastique, j’ai mâchouillé la gomme pour canaliser mon impatience et je ne me suis pas sentie de le rendre alors qu’il dégoulinait de bave. Voilà.
  1. Dentifrice et brosse à dents
    Je fais une fixette sur les gens qui sentent mauvais de la bouche et qui te parlent d’hyper près. Du coup, comme j’ai une peur panique de devoir un jour souffrir d’un « BritBrit, celle qui sent le nem crevette de la bouche ? », je me lave les dents à peu près toutes les 1 heures 40.
  1. Culotte
    Ma mère m’a toujours prévenue : « On ne sait jamais ce qui peut t’arriver dans une journée. Alors il serait malheureux que si des pompiers doivent te secourir, tu aies une culotte pas présentable ». Les restes d’une bonne éducation en quelque sorte…
  1. Vieux téléphone.
    Ne sert à rien, je ne réponds jamais au téléphone.
  1. Lunettes Aviateur Rayban
    Aperçu le même modèle sur Scarlett Johansson. J’ai cru qu’avoir les mêmes lunettes m’aiderait à avoir plus de seins. Raté !
  1. Bouchon de Rhum Bacardi.
    Vestige d’une bouteille qui a certainement dû être vidée dans une situation d’urgence. Peut s’avérer utile si je trouve un jour une bouteille pleine sans bouchon.
  1. Photo de mon chat bébé. Me rappelle qu’il a jour était mignon.
  1. Dafalgan avec tablettes entamées.
    Gélules également utilisées dans les situations d’urgence. Ou en cas de gueule de bois.

Ce billet n’a donc absolument aucun intérêt sauf pour ceux qui peuvent établir un profil psychologique des femmes selon le contenu de leur sac.
Cela dit, le mien – de sac – sent bien meilleur (j’ai mis du Fébrèze).

Publicités