Sommeil du juste ou juste sommeil ?

Je ne comprends pas ces gens ultra productifs qui disent « Je dormirai quand je serai mort. » Cela me semble complètement absurde car ce projet soulève de nombreuses questions insolubles – à moins d’être déjà mort – comme par exemple :

  • Comment savoir si le sommeil est une option dans la vie après la mort ?
  • Que faire si on finit par passer la totalité de son éternité complètement épuisé parce que l’on n’a pas voulu dormir lorsque la chance de le faire était encore possible? D’ailleurs ne dit-on pas « être mort de fatigue » ?
  • Que faire s’il n’y a pas de lit ? Je ne veux pas dire, mais il ne faut pas écarter l’éventualité que Dieu ne dispose que de Clic-Clac complètement défoncés et que cela oblige à passer la totalité de sa mort à dormir avec une putain de barre dans le dos. Je ne connais pas les honoraires des ostéos de l’Autre Vie, mais je crains qu’ils ne pratiquent des prix au-delà du réel et que la Sécu ne couvre pas ce type de dépenses.
  • Que faire si le sommeil du mort est plus agité que celui du vivant nous empêchant ainsi de trouver un sommeil réparateur ?
  • Est-on garantis de ne pas être logés dans un dortoir avec des mecs pénibles qui ronflent comme des gorets obèses une fois les yeux fermés ?
  • Quels sont les planning quotidiens de l’Au-delà ? Est-on absolument sûr que l’on nous laissera dormir quand on le désire et autant de temps que souhaité ?

La vraie question est donc de savoir ce qui empêche ces gens-là de dormir aujourd’hui ? Ont-ils des soucis pour s’endormir ou leur sommeil est-il un brin trop perturbé? Je ne veux pas étaler ma vie, mais sachez que moi non plus, je ne dors pas toutes les nuits super bien, qu’il m’arrive de faire des cauchemars où je suis obligée de porter une grenouillère pour aller à un mariage, mais j’apprécie toutefois de pouvoir me laisser aller dans les bras de Morphée.

Pour ne rien vous cacher, je trouve que c’est une attitude assez arrogante de faire croire que l’on peut se passer de sommeil et fonctionner 24/24 comme un lapin Duracell à coup de Guronsan ou de Red Bull.

Eh bien vous savez quoi, pour tous ces gens-là, j’espère sincèrement qu’ils ne pourront pas dormir quand il seront morts.
Parce que moi je veux dormir vivante et pas quand je serais aussi glacée qu’une mamie frigide.
J’ai besoin de sommeil.
Maintenant.

Sinon, mon prochain billet étudiera la phrase « Aimons-nous vivants » édictée par le célèbre philosophe François Valéry sous la problématique suivante : « est-on obligé de chanter de la musique de merde pour philosopher ? »

Publicités