Kalimutxo Police

Picture of the evidence

Cela devait arriver !
J’ai obtenu mon premier PV pour ivresse en public.

J’avoue ne pas être totalement surprise par ce qui s’est passé. Franchement, je suis même plutôt étonnée que cela ne se soit pas produit avant compte tenu du nombre de fois où je bois en société (c’est-à-dire aussi souvent que je montre ma culotte à 4 heures du matin quand je suis bien imbibée). Pour tout vous dire, s’il y avait réellement une justice dans ce pays, ce PV aurait dû être rédigé en ces termes : « Contravention pour acte d’ébriété réalisé depuis de nombreuses années aux yeux et aux sus de tous ».

Je rassure cependant mes heureux lecteurs, ce n’est pas le premier PV que je reçois ce printemps. Pour moi, cette saison n’est pas seulement celle des amours, des allergies, des chats qui entrent des lézards dans ma maison et autres réjouissances dans le genre, c’est aussi celle des amendes.

Ainsi :

  • 23 mars 2012 : « infraction au code de la route relatif à la lecture d’un tweet au volant ».
  • 14 avril 2012 : « Plaque d’immatriculation avant non conforme à la législation ». Le rose est en effet prohibé par le code de la route. Je ne vous cache pas que je trouve ça un peu sexiste comme réglementation, mais j’ai payé sans contester la contredanse.
  • Et donc le petit dernier datant d’hier : « Consommation de vin et de Coca-Cola sur une plage publique ». Il aurait été plus juste d’écrire « Consommation de kalimutxo », il y a des moments où il faut être précis avec les mots employés.

[Note pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas le kalimutxo. Il s’agit d’une boisson très prisée par le peuple Basque – surtout du côté ibérique – auquel la moitié de mon génome appartient, subtil mélange de vin et de Coca. Ne faites pas les sceptiques quant à la composition de ce breuvage car non seulement le Kalimutxo est très bon, mais il présente deux avantages majeurs :

  • C’est peu coûteux. Noyé dans du Coca, le vin pourrait être de la Villageoise que personne ne s’en rendrait compte.
  • C’est très simple  à réaliser même si on est dans un état « proche de l’Ohio » comme le chantait une désormais vieille actrice.

Franchement, avec la crise et la baisse du pouvoir d’achat, je vous conseille très sérieusement de remplacer Champagne et autres Bourbons par ça.]

En fait, le but de ce billet n’est pas de vous présenter les délices éthyliques basques, mais plutôt de vous dire que je déteste les flics. Vraiment. A peu près tous. Surtout quand ils vous disent au moment de votre « prise sur le fait » : « Jeune fille, vous avez de la chance d’être tombé sur moi car je suis un mec cool et que je vais vous faire une grâce. La preuve c’est que…

– Policier #1 : « … je vous fais la faveur de ne pas vous mettre des menottes aux poignets pour ce délit afin que vous puissiez continuer tranquillement à boire votre vin et votre Coca. Ahahah ! ».

Heu, comment te dire ? La vraie faveur que tu aurais pu me faire Ponchorello, aurait été de prendre ta Citroën banalisée de merde pour aller arrêter de vrais dégénérés, genre des abrutis qui piquent les sacs des vieilles ou qui  tuent des petits animaux pour le plaisir.

Moi, j’étais assise tranquillement avec mes amis sur cette plage de Malibu Beach, à boire un cocktail culturel populaire, et à regarder ce con de gosse qui balance du sable tout en hurlant comme un débile, et ce sans aller lui mettre une torgnole alors qu’il présente tous les symptômes du futur hooligan. La lutte contre la criminalité commence en mettant sous surveillance policière des petits braillards dans son genre. Enfin, je crois.


– Policier #2 : « … comme je ne suis pas un abruti, je vous propose de terminer votre boisson pendant que je remplis votre procès-verbal. Vous savez, nous dans les forces de l’ordre, on est des types sympas ».

Bien que j’apprécie le geste, vous êtes à mes yeux un sacré emmerdeur loin d’être aussi agréable que vous semblez le croire. Si vous étiez vraiment un chouette type, vous m’auriez fait confiance quand je vous ai menti en vous disant qu’il n’y avait que du Coca dans mon verre. Vous auriez dû me croire sur parole, me faire un petit clin d’œil et partir avec un léger sourire. Ça, c’est l’attitude d’un mec cool !

En fait, je n’ai aucun problème avec cette contravention.

Je suis même très à l’aise.

D’ailleurs, j’accepte avec plaisir ce PV et tous ceux qui ont peuplé mon printemps.

Du coup, je pense avoir fait des infractions à la loi pour au moins les cinq ans à venir et cela serait sympa de passer à quelqu’un d’autre et de me laisser vaquer à mes activités.

Mais ce que je n’aime pas, c’est quand les flics prétendent faire régner l’ordre en étant des gens bien. Parce que c’est de notoriété publique, les seules personnes bonnes en ce monde, ce sont les docteurs. Quand ils ne vous tuent pas.

Publicités