Je vends mon âme

Je ne comprends pas. Dans les années 80, il semblait très aisé de vendre son âme ; je crois même me souvenir qu’il y avait des avocats spécialisés dans le domaine. Mais aujourd’hui la donne a changé et il est de plus en plus difficile de trouver preneur.

Je parie que vous pensiez que je n’étais pas ce type de personne, mais je le suis. Je vous l’annonce donc très officiellement : mon âme est à vendre.

Le problème c’est que je pense qu’avec la crise, le marché des âmes, tout comme le reste de l’économie, a dû lui aussi s’effondrer.
Cela signifierait dire que je devrais DONNER mon âme, hors il n’en est absolument pas question. Bien que d’occasion, mon âme est en parfait état et même plus ! Elle est sympa, rigolote, plutôt ouverte. Elle est vraiment de très bonne facture.

Vous savez, j’ai passé beaucoup de ma vie et de mon argent à travailler sur moi-même, à essayer d’être plus posée, plus réfléchie, à rester empathique et attentionnée envers les vieux et les animaux notamment. J’ai toujours donné au Téléthon et quand on voit la qualité du programme proposé chaque année avec son lot de myopathes qui donnent envie de se pendre, mon acte de don reste quand même très charitable.

J’ai un mode de vie on-ne-peut-plus-simple. J’arrive à me contenter de peu à partir du moment où je peux boire un petit verre de vodka ou manger des chips. Je n’ai pas été franchement usée par les malheurs du monde et la culpabilité devant des images de civils morts pendant des interventions armées ou des vieux qui suppliaient pour être euthanasiés. La souffrance physique ne m’a pas épargnée, mais je suis toujours sortie victorieuse des maladies infantiles.

Au travail, je suis très consciencieuse. Je pense que mes collègues voient en moi une personne agréable à vivre et une oreille attentive dès qu’un ragot ce fait jour et qu’il s’agit de le propager.

Par ailleurs, j’ai toujours été très respectueuse de la loi à un ou deux excès de vitesse près voire quelques feux oranges-rouges. Il ne m’est jamais venu à l’idée de commettre un braquage, de violer un toy boy ou de faire une fraude à l’assurance. Je ne suis ni une arnaqueuse, ni un serial killer.

En fait mon âme est rudement bonne !

Concernant le prix de mon âme, franchement, il est fixé à une valeur tout à fait correcte. D’ailleurs cette semaine, je mets en place une offre promotionnelle exceptionnelle, un prix de lancement défiant toute concurrence auquel il serait idiot de ne pas succomber.

Bien entendu, je suis disposée à parler facilité de paiement.
Une âme, même si son prix est tout à fait raisonnable, représente tout de même une somme assez conséquente. Voilà pourquoi, je suis prête à mettre en place un paiement en trois fois sans frais ou un crédit à taux ridiculement bas que plusieurs années.

Reste que je ne suis pas non plus contre le troc.

Voici ce que je peux accepter en échange de mon âme :

  • La célébrité. Mais que l’on soit d’accord, une âme ne s’échange pas contre une célébrité ridicule du style candidat de télé-réalité ou présentateur de Motus.
  • La fortune.
  • Des faux seins qui pourraient par exemple faire ma propre renommée et ma richesse (modèle Pamela Anderson).
  • Un job de choriste sur la prochaine tournée Pete Doherty.
  • Un rôle d’épouse comblée auprès de James Franco.

C’est à peu près tout.

Donc, si vous êtes intéressés, contactez-moi. Dans le cas contraire, faites passer le mot !

Publicités