X Story

Mon pauvre x, je crains malheureusement que je vais devoir te laisser empêtrer dans tes parenthèses avec ce carré minuscule qui te renifle le derrière comme un chien sent le cul des dames. On s’était pourtant rencontrés dans d’autres circonstances plus gaudriolesques, allongés sur un lit ou enroulés sur une banquette de voiture.

Mais las, aujourd’hui ce ne fut pas le cas et les événements sont bien différents. J’aurais tant voulu t’affranchir, tant aimé te donner une identité, j’aurai crié ton nom en signe de libération. Mais j’en suis là, à pleurer pitoyablement, le cœur serré dans les turpitudes de la vie, le triste sentiment d’impuissance entre mes mains. X tu resteras à tout jamais cet anonyme à qui j’aurais tellement aimé donner une nouvelle vie.

2h45 heures plus tôt…

– BritBrit, j’arrive pas… Tu m’aides à résoudre cette équation, me demande  avec le regard du désespoir Hyppolite, fils unique de mon frère.
A 9 ans et demi, il est déjà en quatrième alors qu’il n’a jamais ouvert une bouteille de Biactol.

– Hyppo, j’peux pas. J’suis occupée à faire du nail art sur mon gros orteil.

– Je vais mourir sinon. S’teup… J’déconne pas. En plus, t’as fait des études supérieures.

– Tout à fait vrai. Et tu sais que j’aurais pu avoir une mention au Bac. Tout ça à cause de l’épreuve de GRS où le ballon m’est retombé sur la gueule alors que…

– Oui, oui, Tu m’as raconté ça 20 fois. Alleeeez, aide-moi…

– OK, file donc ton truc. Après tout, cela ne doit pas être trop compliqué vu le niveau des élèves aujourd’hui. A mon époque c’était bien différent et…

– Tiens l’exo !

Découverte du problème

« Dans l’équation 5(3x + 2) – 7 (x + 6) = -6x 2 – 9 (x -1) + 3 ( 2x – 5 ) + 2x ( 5 + 3x), quelle est la valeur de x ?»
Bien, bien, bien… Je vais tout relire pour m’imprégner du sujet.

« Dans l’équation  5(3x + 2) – 7 (x + 6) = -6x 2 – 9 (x -1) + 3 ( 2x – 5 ) + 2x ( 5 + 3x), quelle est la valeur de x ? »
J’ai rien compris.

5 min après la découverte de l’énoncé

Surtout ne jamais paniquer dès les premières lectures du problème. Il faut juste bien se concentrer. Penser simplicité. Penser Einstein. Penser à boire.

Voilà, je vais me préparer un petit verre pour me détendre et connecter mes neurones avec le monde de la science. Il faut savoir aborder les difficultés avec décontraction et délectation.

7 min après : premières tentatives de résolution

Esprit de Pythagore, par le  pouvoir du crâne ancestral et de ce verre de Bourgogne, entre en moi.

Commençons par les fondamentaux : papiers, stylo, réflexion, écriture. Tu vas voir comment je vais te l’accoucher ce x et plus vite que ça.

45 minutes plus tard…

Bon, je crois qu’il doit y avoir une erreur quelque part : x ne peut pas égaler lapin mort. Je repars à zéro.

« Dans l’équation 5(3x + 2) – 7 (x + 6) = -6x 2 – 9 (x -1) + 3 ( 2x – 5 ) + 2x ( 5 + 3x)., quelle est la valeur de x ? »
Je comprends toujours rien.

Non mais sans rire, les mecs qui écrivent ce genre de truc, ils doivent avoir de sérieux problèmes psychologiques pour penser à des choses pareilles. Ils n’ont pas de vie, ils font du triolisme avec une calculette et une équerre, c’est pas possible autrement. Je vais leur foutre dans leur gueule moi, le x ! Il me faut un verre pour me calmer. Non, deux.

1 heure 30 de fumage de neurones plus tard

A un moment de l’histoire, il faut savoir rebondir. Je vais employer une autre méthodologie : je vais parler à x. Si ça se trouve, il est timide et a juste besoin d’un geste, d’un signe d’amitié pour se dévoiler.

« X, c’est moi, BritBrit Chérie. On s’assoit tous les deux. Tu veux un peu de vin ? »

Réponse de l’intéressé :  « 5(3x + 2) – 7 (x + 6) = -6x 2 – 9 (x -1) + 3 ( 2x – 5 ) + 2x ( 5 + 3x) »

OK, tu me résistes. Pas de souci, j’aime ça car je sais que derrière cette façade de dur à cuire se cache quelqu’un qui souffre. Je vois bien ces parenthèses qui t’emprisonnent. Tu es dans le Fort Alamo de l’algèbre et tu te sens seul, abandonné voire rejeté par les autres chiffres. Moi aussi, il m’arrive parfois de ressentir la même chose. Mais écoute, je vais te sauver, tu ne vas pas rester cet inconnu. Laisse-moi juste le temps d’ouvrir une autre bouteille et je te jure que la vérité sur ton identité éclatera au grand jour. Tu seras enfin reconnu, tu seras un chiffre – que dis-je -, un nombre ! Aies confiance.

2 heures 10 après cette impossible promesse

En fait, je suis sincèrement désolée. Que dire face à ce terrible échec qui fait que je n’arrive pas à soulever la burqa lettrique qui t’emprisonne.

Le problème c’est le carré. Franchement il vient faire quoi là, ce carré ? On lui a rien demandé. C’est comme un mec, il sert à rien. Il ressemble à une béquille qui malheureusement t’empêche de marcher ou à une tique qui te pompe la variable. Saloperie, dégage carré de mierda ! Si j’étais pas bourrée, je lui aurais cassé la gueule à coup de Tippex.

Oh, je me sens si minable de te laisser comme ça, coincé entre ses parenthèses infernales tel Florence Cassez dans les geôles mexicaines alors que moi, je vais continuer ma vie comme si de rien n’était, avec le poids de ton anonymat irrésolu sur la conscience. Laisse-moi m’enivrer pour oublier ce terrible échec. Comme Annie Girardot, je boirai jusqu’à l’Alzheimer.

3 heures 30 plus tard : la résolution

– BritBrit, t’en es où de mon problème de maths ?

– C’est fini. Regarde.

– C’est quoi ?

– Ben, tu vois bien : x = SuperBite

– Super quoi ?

– SuperBite. Une bite avec une cape.

-…

– Et elle peut voler en plus !Allez, fais bisous. Hips… (rototo).

Publicités