Instant de vie : au cinéma

Aller au cinéma le lundi, les « plus » :

  • c’est BEAUCOUP moins cher (diffuseurs, escrocs !),
  • Il y a BEAUCOUP moins de monde,
  • Il n’y a pas d’enfants (gros, gros « plus »),
  • Les salles ne sont pas fourmillantes de pop-corn écrasé, de soda renversé sur les accoudoirs, de revues chiffonnées, de préservatifs usagés (si, si, j’en ai déjà trouvé et ce n’était pas dans un cinéma pour adulte),
  • Le Monsieur qui déchire les tickets est BEAUCOUP plus aimable quand il dit « salle 9, à gauche ». Il me laisse même le temps de réfléchir où est ma gauche.

Aller au cinéma le lundi, les « moins » :

  • Il y a des vieux.
  • Il y a BEAUCOUP de vieux.en fait. C’est le moment où l’on se dit que l’on devrait les exterminer à coup de bouteilles à oxygène débranchées.

Voilà pourquoi tous les lundis, quand j’attends patiemment dans le hall d’entrée que la séance commence, j’ai l’impression d’être observatrice dans une maison de retraite et je ne peux m’empêcher d’écouter les conversations de mes aînés. Au programme ce lundi, j’ai donc eu droit à :

– Une vieille dame en fauteuil roulant dont les miettes de son repas du matin parsemaient son pantalon bleu marine. Elle était accompagné de son soignant dont le sujet de conversation était : « Madame Bouvreuil, vous préférez boire ou manger en premier ? Vous voulez votre biscuit au sésame ou votre boisson aux vitamines ? Et puis, il faudra prendre vos pilules. On est d’accord Madame Bouvreuil ? ». Et Madame Bouvreuil de manger les miettes de son pantalon.

– Un couple de vieilles lesbiennes qui semblaient avoir la toute jeune cinquantaine grâce à ce que l’on appelle communément le miracle de la chirurgie esthétique. Elles discutaient à propos du film qu’elles allaient voir, ne savaient pas exactement de quoi il parlait mais étaient à peu près sûre qu’il n’allait pas leur plaire.Un bien beau débat d’ignorantes. On se croirait dans une émission politique.

– Trois allemands, un homme et deux femmes, aux cheveux gris. L’homme portait une belle bacchante comme on n’en fait plus depuis « La grande vadrouille ». A chaque fois qu’il s’interposait dans la conversation, ces dames lui donnait seulement le droit de se taire.  Il a fini par renverser tout son Sprite et il fut triplement fusillé du regard par ses « amies ». Il aurait mieux fait de ne pas boire de soda.Ou de ne pas venir.

– De nouveau la dame en fauteuil roulant. Elle demande en hurlant à son soignant si la vendeuse de glaces vend aussi des mitaines. C’est pile l’instant où je me dis que non seulement le soignant est très patient, mais surtout qu’il ferait mieux de trouver très vite les pilules de la vieille s’il veut passer une bonne séance. Et moi aussi par la même occasion.

La salle 9 s’allume sur le tableau. J’ai trouvé ma gauche. J’entre. La pub M&M’s me donne envie de cacahuètes.

Pin It

Publicités