Courrier du coeur

De : François X.
A : britbrit@britbritcherie.com

Objet : Proposition incandescente

Chère BritBrit Chérie,

Alors que je faisais des recherches documentaires sur le port de la culotte à nœud en milieu humide, je suis tombé par hasard sur ton blog. Je ne sais pourquoi, mais depuis tu es l’unique objet de mes pensées. Drôle, un brin dévergondée, un vrai franc parler et surtout ton célibat sont les petits signes qui me disent que l’on serait éventuellement fait l’un pour l’autre.

Cela serait vraiment sympa de pouvoir se rencontrer sur une plage d’Hawaii. Si tu n’as pas de passeport biométrique et/ou le temps, le McDo qui est en face de mon travail est super. On pourrait déjeuner ensemble et je serais de retour à l’heure à mon poste. Comme tu peux déjà le constater, je pense à tout.

Cependant, j’ai conscience que je dois t’en dire un peu plus sur moi pour que tu acceptes un rendez-vous.

Donc, je m’appelle François, j’ai 32 ans. Je suis brun aux yeux noisettes, plutôt grand et, si j’en crois ma mère (qui a toujours raison), j’ai un physique très agréable pour un membre de ma famille.

Quand je fais quelque chose je m’investis à fond car je suis un véritable passionné. Par exemple, j’adore le foot, les maillots de foot, les jeux vidéo de foot, les copains du foot et Footix. Tu connais Footix ?

J’aime manger des spaghettis bolognaises. Je suppose que toi aussi ; tout le monde apprécie les spaghettis bolo.  Tu sais les cuisiner ou tu préfères acheter de la sauce toute prête ? Cela peut sembler anecdotique, mais je tiens absolument à rencontrer une femme qui sait cuisiner et pas une de ces feignasses qui ne jurent que par Picard ou ces plats tout fait hors de prix.

Les voyages sont un peu mon lot quotidien en qualité de visiteur médical. Je représente Smecta, le traitement symptomatique de la diarrhée aiguë chez l’enfant et l’adulte (j’ai appris par cœur l’argumentaire produit). C’est pourquoi je suis favorable aux gastros. Plus il y a de gastro, plus ma commission augmente. C’est ce que j’appelle « la grosse commission » (ahahah !)
Tu as déjà eu des gastro ? Si oui, je pourrais toujours te donner deux ou trois échantillons gratuits.

Je suis très proche de ma famille et je ne supporte pas l’idée de m’éloigner trop longtemps de ma maman. D’ailleurs, je suis en train de préparer les plans de ma future maison et j’ai déjà prévu une grande chambre dans laquelle on pourra loger notre lit conjugal et celui de ma mère.

En parlant de lit, sache que sexuellement, je suis au quotidien très actif. Trop selon mes anciennes copines, mais il faut dire qu’elles étaient du genre « jamais contentes ». D’ailleurs, tu devrais apprécier le fait qu’elles refusent toutes de garder contact avec moi. Au moins on ne sera pas embêtés par ces pouffiasses.

Sentimentalement, j’ai bien sûr quelques attentes. Je recherche une femme douce, aimante, qui m’accepte comme je suis, qui sache m’écouter et se taire quand je parle, docile, qui ne passe pas des heures au téléphone avec ses copines pour parler chiffons et autres niaiseries. Une femme pour qui le bonheur de son homme et de sa belle-mère passe avant le sien. En bref, une fille charmante.
Tu dois te dire que je suis un brin rétrograde, mais je pense qu’aujourd’hui le monde a perdu ses valeurs fondamentales et qu’il est important de remettre chaque chose à sa place, à commencer par la femme au cœur de son foyer.

Pour finir, voici un petit poème de trois vers écrit en prose et composé spécialement pour toi  :

Sois mon four à bois, je serai ta baguette.

Sois mon urne, je serai ta cendre.

Sois ma grotte, je serai ton stalactite

 

Je t’embrasse d’ores et déjà les lobes d’oreille,

François, ton « lover » du Cantal.

 ________________________

De : britbrit@britbritcherie.com
A : François, le lover du cantal (sic !)

Objet : Le bois est mouillé, le feu n’a pas pris

Cher Lover du Cantal,

Petit rappel géologique : les stalactites tombent (leçon niveau CE2). Alors rien que pour cette raison, je me vois dans l’obligation de refuser ta proposition.

Bonne continuation dans tes recherches de la femme rêvée. A ta place, j’irais faire un tour du côté de l’Afghanistan, ces pauvres femmes ne sont pas à un connard sectaire près.

BritBrit Chérie.

Publicités