Tu ne jugeras point. Ou pas trop.

Mes parents ont parfaitement réussi mon éducation. Je dis toujours les trois mots magiques quelles que soient les circonstances, à savoir « Bonjour », « merci » et « Au revoir ». Je donne tous les ans au Téléthon et regarde les petits myopathes à la télé avec beaucoup d’empathie mais sans une once de pitié malsaine. Je n’omets jamais de me laver les dents avant de me coucher même si j’ai trois grammes et il m’arrive parfois de prier pour autre chose que de vouloir me réveiller avec le corps de Kate Moss sans avoir fait la moindre séance de PowerPlate et en continuant d’engouffrer des bonbon Célébrations (surtout les mini Bounty et les Milky Way).

Ainsi, si je suis aujourd’hui cette (jeune) adulte resplendissante avec de merveilleux cheveux et un cerveau solide bien que décalé – c’est le lot de tous les grands esprits -, c’est aussi grâce à eux.

Je dois toutefois avouer qu’il y a un de leurs précieux conseils que je n’ai jamais respecté. « Il ne faut jamais juger les autres » me répétaient-ils en boucle. Et là, c’est raté ! J’ai beau me dire en voyant passer une fille avec des bottes blanches et un short en jean ras le gras de fesses « Ne juge, ne juge pas… », paf ! Je la catalogue direct « pétasse à cellulite. QI de gallinacée décérébrée. Profession : Coiffeuse ou femme de bidasse ».

Mais je ne suis pas forcément en faute. Nous le savons bien, notre société est codifiée. Chaque signe que nous renvoyons aux autres, chaque action, chaque décision sont une manière consciente ou inconsciente d’en dire plus sur qui l’on est.

Cela serait donc se voiler la face que d’aller à l’encontre de l’analyse de ces indices car comme dirait l’adage populaire « il n’y a pas de fumée sans feu ». Si le gars en face de vous à un tatouage de Johnny Hallyday sur l’avant-bras, il y a fort à parier que vos enfants futurs s’appelleront David, Laura ou Jade. De même, si votre mère serre les dents en écoutant de la House Music tout en plantant ses oignons de tulipes, vous pouvez être certain qu’elle est sous acide.

Je suis donc absolument pour la politique du jugement d’autrui malgré le fait qu’on le peut opposer à cette pratique un manque total d’objectivité, et je juge avec d’autant plus de séverité quand on touche au domaine de la rencontre amoureuse.

Ainsi,si vous êtes un mec et que potentiellement nous avons un tête-à-tête en vue d’un accouplement à plus ou moins long terme, sachez que vous êtes sur le gril et que je porterais une attention toute particulière à certains signes comme :

  • Plus d’une de vos ex-copines ont des faux seins
  • Pendant tout notre rendez-vous, vous portez une oreillette Bluetooth à l’oreille qui clignote
  • Le dernier livre que vous avez lu est l’Equipe. A vrai dire, vous ne savez pas vraiment ce qu’est un livre
  • Vous avez auditionné pour Secret Story au moins une fois
  • Vous sentez mauvais. Vraiment. Selon la datation au carbone 14 de votre sueur, il apparaît que cela fait au moins 10 jours que vous n’avez pas vu l’ombre d’un Tahiti Douche
  • Vous pensez que votre mère est une chienne
  • A contrario, vous êtes persuadé que votre mère est absolument parfaite et qu’aucune fille ne pourra lui arriver à la cheville
  • Vous portez un débardeur et vous avez omis de vous épiler les poils du dos
  • Vous n’aimez que les blondes. En réalité, je suis blonde, mais ce désir traduit un manque de maturité évidente.
  • Vous n’aimez que les filles minces. Je suis mince, mais cette exigence est clairement un signe de superficialité.
  • Vous trouvez que je ne suis pas séduisante (vous êtes aveugle ou quoi ?)
  • Vous pensez que je ne suis pas quelqu’un de brillant (vous êtes con ou quoi ?)
  • Vous avez voté pour Sarkozy en 2007 et projetez de lui redonner votre voix en 2012 (en fait, vous êtes vraiment con !)
  • Vous dites « Canaille » à chaque fin de phrase. Même punition pour « putain con ».
  • Quand vous êtes en position statique ou d’écoute, vous croisez les bras en mettant vos mains sous vos aisselles
  • Vous avez une photo dédicacée de Steevy Boulay dans votre portefeuille. Alternative possible avec la photo d’Isabelle Boulay.
  • Vous buvez moins que moi

Si vous avez répondu au moins une fois « oui » à ce petit listing, je suis désolée, mais pour vous, l’aventure s’arrêtera ici. C’est la vie. C’est comme ça. Adieu bonhomme.

Vous avez parfaitement le droit de trouver cela complètement injuste, de penser que je m’attache un brin trop aux apparences et que derrière cette attitude doit se cacher une fille bien superficielle, mais là, vous me jugez à votre tour. Je n’ai donc plus qu’une seule chose à faire : vous prouver le contraire !

________________________

Plus que 3 jours avant la fin des votes et je n’ai que 2500 points d’écart avec le premier blog, c’est donc le moment ou jamais de voter (ou de revoter). Alors clique.
MAIS CLIQUE, JE TE DIS !!

Publicités