Au secours, y’a un zombie qui me poursuit !

 

Voici une situation qui peut arriver à tout le monde. Il fait nuit et vous roulez le cœur léger en direction du Michigan rendre visite à votre Tante Arlette – votre tante peut également habiter les Ardennes ou du côté de Limoges, les coordonnées géographique n’ayant que peu d’importance. De même, si tatie s’appelle Colette ou Jeanine, il n’y a pas de quoi vous formaliser, l’histoire s’adapte à tout un chacun.

Donc, je disais : vous et votre fidèle 106 Style allaient en direction du Michigan. Pour l’occasion, vous avez mis votre plus belle mini-jupe et des talons de 12 (ça par contre c’est important !). Tout à coup, alors que vous rouliez sur une petite route absolument déserte longeant une forêt aux arbres immenses et squelettique, vous tombez en panne d’essence. Il y avait bien une station Total une trentaine de kilomètres plus en arrière, mais vu les prix pratiqués, vous pensiez pouvoir arriver à un Leclerc pour refaire le plein. C’est ce qui s’appelle avoir un mauvais jugé et on ne peut pas vous en vouloir, vous êtes blonde. Ou brune. Ou châtain avec des reflets roux. Enfin bref, c’est le concept de pas finaude qu’il faut retenir.

Reprenons le fil et récapitulons. Vous êtes seule, en pleine nuit, au bord d’une route déserte avec en toile de fond une forêt où semble-t-il cela ne soit pas un très bon coin à cèpes. Bien sûr, votre téléphone ne capte pas – vous avez un abonnement SFR – et vous vous coltinez une ampoule au talon qui vous empêche de marcher des kilomètres et des kilomètres. Au loin, vous apercevez une lueur. Vous clignez des yeux. Pas de doute, il s’agit d’un vieux manoir abandonné. Vous réfléchissez vite (trop ?) et décidez de vous y rendre. Après tout, même si le manoir semble inhabité, il y a peut-être quelqu’un qui, dans un grand élan de générosité, juge utile de payer une connexion triple-play ADSL dans l’idée qu’une pauvre fille en panne puisse avoir besoin de joindre sa compagnie d’assurance.

Sauf qu’une fois arrivée sur place, vous analysez que :

a.  Il y a beaucoup de poussière et que (feu ?) le propriétaire ne doit pas être vraiment porté sur l’hygiène.
b.  Les fils du téléphone sont coupés.

Conclusion : il va vous arriver des trucs pas très catholiques, surtout si l’on en croit les croix renversées clouées sur le mur.

Good feeling darling ! A travers l’entrebâillement de la porte de la cuisine vous apercevez un homme étrange –vêtements en lambeaux, peau en lambeaux dont la couleur tire dans les verts moisis, bras étrangement tendus vers l’avant – qui se dirige vers vous en poussant des râles gutturaux. A priori, c’est un zombie et il ne vous veut pas que du bien. Mais que faire ? Bien oui, que faire ? Commencez donc par suivre étape par étape ce plan de secours.

  1. Enlevez vos chaussures. Il est bien connu qu’avec des talons de 12, à moins de se la jouer pétasse à la démarche de chagasse dans les couloirs de votre société, vous ne pouvez absolument rien faire d’autre. Idem pour la mini-jupe.
  2. Criez de toutes vos forces. Si cela ne fait pas fuir le zombie, cela vous permettra d’évacuer tout le stress voire de lui casser suffisamment la tête pour qu’il aille prendre une aspirine. Avec les zombies, on ne peut préjuger de rien.
  3. Courez le plus vite possible tout en continuant de hurler.
  4. Précision : courez le plus vite possible dans la bonne direction. Evitez particulièrement cave, couloirs ou salle de bain qui n’offrent que très rarement de portes de sortie vers l’extérieur. Prenez plutôt la poudre d’escampette vers une nationale bien fréquentée ou un centre commercial. Il paraît qu’il y a pas mal de promotions en ce moment.
  5. Ne perdez pas de temps à regagner votre voiture. Pour mémo, elle est toujours en panne et il y a peu de chance pour qu’un petit lutin magique sorti du bois enchanté ne soit venu la réparer. Il est donc absolument inutile d’insister sur le démarreur, vous risquez de noyer bêtement le moteur.
  6. Si vous n’arrivez pas à semer votre zombie bien qu’il ait une vitesse de pointe de 1,8 km/h, décapitez-le avec l’outil que vous aurez alors sous la main. Attention cependant, avant d’agir pensez à ne pas vous mettre hors-la-loi. Ainsi, la guillotine ayant été abolie en 1977, optez pour une arme approuvée par la Communauté Européenne comme le sabre, la tronçonneuse, un Laguiole made in Aveyron – la contrefaçon pakistanaise étant illégale -, voire un lance-flammes. Attendez-vous toutefois  à ce que le bougre ne se laisse pas faire, c’est là toute la difficulté de l’exercice.
  7.  Arrêter de vous droguer. Vous êtes en train de faire un bad trip et ce n’est pas très bon pour votre espérance de vie.

Voilà, voilà, vous êtes sauvée. Comme dirait l’autre « On n’a jamais été aussi proche d’Halloween » et comme rétorquerait un autre « voilà un article qui ne sert absolument à rien ». On est bien d’accord, mais ça m’a fait plaisir. A vendredi 13 les amis !

 

Lire également : Au secours, y’a une souris (et elle est très très méchante)

Publicités