8 trucs trouvés dans mon dressing

Quelque chose de grave m’est arrivé la semaine dernière. Alors que cela fait 2 ans que j’habite dans cette maison aux volets bleus à San Francisco (C’est moi qui écrit, j’habite donc où je veux !), une envie pressante et infondée s’est emparée de moi. Je ne pouvais pas lutter, il fallait que je le fasse au péril de ma vie : ranger mon dressing. Et voici ce que j’y ai retrouvé.

1. Mes chaussures Dancing Queen
Grâce à elles, je suis la reine du DanceFloor à 1 heure du mat’. A 6 heures du mat’, c’est une autre histoire : j’ai l’impression d’avoir été crucifiée des pieds et que mes orteils sont des mini-moignons.

2. Mon tee-shirt « Undress Like Britney Bitch » qui m’a valu mon heure de gloire photographique. Le genre de photos où quand tu les montres à tes amis, ils te disent : « En fait t’es bonne ». Ce à quoi je suis partagée entre deux possibilités de réponse :
Réponse 1 : « Merci. On ne m’avait pas dit de choses aussi gentille depuis ma 6ème, le jour où j’avais mis mon sweet Fido Dido. »
Réponse 2 : « Parce qu’en vrai, je suis franchement dégueulasse ? »

3. Le Monde de Sophie de Jostein Gaarder
L’année de mon Bac, on m’avait dit « Tu vas voir, dans ce livre, tous les concepts sont parfaitement expliqués. Tu vas tout comprendre et réussir la philo les doigts dans le nez ». Les doigts dans le nez, c’est effectivement la posture que j’ai adoptée durant la première heure de l’épreuve. Faire des Mickeys au lieu de disserter sur Marx, c’était un choix audacieux qui m’a valu un 7/20.

4. Une photo de Dylan McKay découpée dans Télé Star – 1994 (datation au carbone 14).
Je crois mettre frotté plusieurs fois la joue et bien d’autres choses – genou, derrière d’oreille,…- avec cette image.

5. Un gel intime stimulant et cosmétible. Neuf.


OK, on passe à autre chose.

6. Une boîte de bonbons parce qu’il existent des moments où rien d’autre ne peut vous consoler des drames de la vie :  enchères Louboutin ratées sur Ebay, soirées foot, conversation téléphonique de une heure avec sa mère en mode « répépille » sur les thème « C’est quand que tu te cases » et « Ton père m’enquiquine ; je vais divorcer », dealer parti en congés,…

7. Une cuillère en bois
Je suis l’objet d’un cruel dilemme. En effet, je suis contre les armes à feu et j’ai une peur irraisonnée des serial killers. Du coup, j’ai opté pour une arme soft au cas où un intrus se glisserait dans ma chambre : la cuillère en bois. L’efficacité de l’arme reste à valider, mais pour l’avoir prise une fois dans la gueule dans des circonstances que je n’évoquerai pas ici, je pense qu’elle peut faire très très mal.

8. Un chaton, raison pour laquelle ma robe Chloé sent le pipi de chat et mon pull Zadig & Voltaire est devenu angora.

La prochaine fois, je range mon frigo. Dieu seul sait ce que je vais y trouver…

Publicités