Mon mec, ce gros con !



C’est toujours la même chose. Au début, l’homme est absolument fabuleux, super parfait et trop choubidou. On est même à deux doigts de complexer un max à côté de ce prince charmant puissance 114,
nous pauvres filles aux qualités si banales.
Mais voilà, force est de constater qu’au bout de quelques années (mois, semaines, jours, heures, tout dépendant des cas), l’homme se transforme en une espèce se multipliant en toute impunité : le
gros con.

Si les définitions du point de vue  féminin peuvent varier selon les observatrices, la définition suivante semble trouver écho auprès de nombre d’elles.
Gros con : nom masc. Humain exclusivement de sexe masculin ayant pour équivalence l’abruti, le lourdaud et l’incapable. Si certains gros cons sont facilement reconnaissables à leur
manière de se vêtir (casquette à l’envers, chaussettes dans des chaussures de jésuite, T-shirts Johnny Hallyday) ou à leurs passions (voiture tunée, collection de canettes de bière, sexe – le leur
!-), la plupart du temps, les gros cons n’hésitent à se cacher sous d’innocents artifices (sourire ultra-brite, costume Hugo Boss, mots enjôleurs) visant ainsi à tromper sournoisement la gente
féminin.

Le grand spécialiste en conologie, Ton Voisin de la Gardée, va encore plus loin en décrivant le « Gros con » ainsi : «
Après une période « Regarde comme je suis génial », l’homme revient à son état naturel « Regarde comme je suis con ».

Mais alors, tout cela revient-il à dire que nous sommes vouées à partager la vie d’un gros con ? Oui, plus ou moins, et il faudra bien vous en accommoder. Parce que dans l’histoire, il ne faut pas
chercher traces de fatalité mais bien d’une association de (mauvais ?) goûts. Si nous avons attiré telle ou telle sorte de gros con, c’est bien parce que quelque part ce dernier correspond à nos
désirs, nos ambitions. Cela vous surprend ? Vous ne devriez pas.

Alors au lieu de pleurer dans les jupes de votre mère en ravalant votre morve  « Je suis encore tombée sur un gros con », préparez-vous plutôt à savoir quel type de gros con vous allez laisser
se glisser dans votre cœur d’artichaut. Pour résumer, dis-moi qui tu es, je te dirai quel gros con tu vas attirer…


Vous aimez… votre père.

Votre père a toujours été votre super héros favori. Plus fort que Superman et plus beau que Dylan McKay dans Beverly Hills Old School, il a été le premier homme à poser sur vous un regard
d’amour.
Alors quant à la boulangerie, les vieilles dames vous demandaient si vous préfériez votre papa ou votre maman, vous répondiez d’une voix assurée « Papa ! » sous l’œil médusé de votre mère.
D’ailleurs, si cette traîné ne l’avait pas rencontré c’est vous qui l’auriez épousé. Œdipe, vous avez dit Œdipe ?

Vous avez toutes les chances de sortir avec un gros con de vieux. Quand vous êtes avec lui vous vous sentez vierge de toutes connaissances surtout lorsqu’il joue à l’érudit de l’art en 
vous dévoilant tous les secrets de la Cène (il a lu trois fois le Da Vinci Code) ou en vous faisant découvrir les joies du vin dans la soupe (hips…).
Petits problèmes , il sent parfois le pipi et répète 120 fois ses mêmes histoires de jeunesse avec une préférence pour celles relatant son service militaire. Super… Du coup, vous reprenez un peu
de vin dans la soupe.

Comment ça finit ? Au cimetière. Dommage, vous n’avez pas eu le temps d’utiliser le bon de réduction Audika découpé dans Notre Temps Magazine.


Vous aimez les corps huilés et musclés.

Votre madeleine  de Proust : feuilleter en cachette « Muscles Magazine » à la recherche de la tablette abdominale parfaite. Pour vous, le corps supplante l’esprit, surtout si l’homme
s’abstient de parler pour soulever des poids. Travaille Musclor et laisse-moi regarder tes biceps !

Votre profil attire le gros con de sportif. Grâce à lui, vous découvrez des muscles que vous ignoriez jusqu’alors. Même la planche Anatomie du Petit Larousse illustré n’en avait recencé
autant.

Comment ça finit ? En eau de boudin, à l’image de son nouvel abdomen. Il faut dire que 2 ans de mariage et une  forte attraction vers l’écran plat acheté chez Confo ont eu raison de sa
motivation à la pratique de l’effort. Le sport, c’est désormais devant Stade 2 et accessoirement en chambre si la digestion du poulet-frites qu’il vient de s’enfiler en intégralité le lui
permet.

Vous aimez les esprits rebelles
Au primaire déjà, Yann avait capturé votre cœur après avoir lancé un gros « merde » à la tête de l’instit’. Au collège, vous étiez fasciné par Romain, fumeur de shit dans les toilettes et au lycée
vous êtes sortie avec le délégué des délégués, le seul à avoir fait plier l’intendant pour l’arrêt la betterave et un max de friands à la saucisse au self de la cantine.

Bingo, vous avez gagné le gros con « ouech-ouech de la T-6  !  C’est quand il a craché sur vos chaussures que vos regards se sont croisés. Dans sa BMW, vous avez senti comme un
vent de rébellion souffler, surtout quand il vous appris qu’il conduisait sans permis et sans assurance. Bonnie and Clyde version 9.3 à Saint-Etienne, c’était vous !

Comment ça finit ? Au Pôle ANPE en train de supplier le conseiller de ne pas couper les droits de votre cher et tendre. Le rebelle a laissé place à l’amorphe version canapé et « pass pass le
oinj ». Vous partez avec pertes et fracas – claquage de portes inclus – ; tout juste s’il a daigné ouvrir un œil. En même temps, c’est de votre faute, c’était l’heure de sa sieste post-fumage.


Vous aimez Eric Zemmour

Pas un samedi soir ne passe sans vous glissez sous votre couette afin de guetter l’arrivée d’Eric Zemmour sur le plateau d’ « On n’est pas couché ». Non pas que son physique vous attire (quoique),
mais avec ses pensées christiano-judéo-traditionnalistes pimentées d’un zeste de bonapartisme, vous ressentez comme des pia-pia-pia d’hormones dans votre corps. Pour vous la vie devrait se résumer
à « Maman est en haut qui fait des gâteaux ; Papa est en bas qui lit le Figaro »,

Comme Dieu le veut, vous aurez un gros con de l’UMP, branche ultra-conservatrice. Avec lui, les meetings de MAM sont de véritables Rock Shows et c’est main dans la main que vous luttez
contre les inepties de ce monde (les 35 heures, les grévistes, les pauvres toujours assistés par l’Etat). 

Comment cela finit ?
Avec un bandeau bleu marine dans les cheveux. Pour oublier ce terrible fashion faux pas , vous décidez de prendre un amant : un gros con du PS avec qui vous luttez en
catimini contre les autres inepties de ce monde (le bouclier fiscal, la privatisation de la Poste, le salaire étudiant).
A droite de mariage, à gauche de cœur, pas de doute, c’est le gros con du MODEM qui vous guette à la prochaine escapade.

Vous aimez ce que votre cœur vous dit d’aimer
Peu importe qu’il ait une carrière professionnelle brillante, tant pis si la beauté l’a épargné, si son salaire atteint tout juste le RMI et si la spiritualité n’est pas passée. Tout cela n’est
rien à côté de cet attachement inconditionnel que vous avez pour lui et qu’il vous rend bien. L’amûûûûûr avant tout !

Bon ben, vous avez tiré le pauvre con correspondant àl’équation Pauvre + Roue de la fortune + jogging Adidas + Renault 21 + Télé 7 jours + fan de Johnny et Cloclo  = votre amoureux.
Et encore, c’est un résumé de la formule mathématique, on ne voudrait pas forcer la dose.

Comment ça finit ? ben, connement… Vous partez, il pleure. Vous le récupérez par pitié en même temps que vous achetez un cocker ; seul un chien méritant désormais votre amour. C’est con
hein ?

Publicités