REMORD UN JOUR, REMORD TOUJOURS ?

« Il vaut mieux
vivre avec des remords qu’avec des regrets ». Comprendre, mieux vaut agir même si c’est un échec que de ressasser, des années et des années plus tard, que si on avait su, on l’aurait fait
quoiqu’il en coûte.

Mais à cause de cette découverte philosophique gravée au cutter sur une des tables de votre lycée, vous avez décidé de vous écouter et de
foncer à la poursuite d’une seule chose : la concrétisation de vos désirs dans une volonté complètement irréfléchie de réaliser ce qui vous passe par la tête, quelles qu’en soient les
répercussions.

Si le saut en parachute ou le voyage au Népal à la recherche du Yéti sont finalement sans conséquences graves (sauf si l’on chute de son lama),
certaines de vos actions passées se révèlent être, aujourd’hui encore, des charges tellement lourdes que de pauvres regrets auraient finalement bien fait l’affaire.

Alors comment ne plus vous mordre les doigts avec vos remords et voir l’avenir comme une page vierge ? Prenons quelques cas universels de
« complications pour cause de remords éternels » afin de voir comment s’en sortir tête haute et honneurs en prime. Si, si, c’est possible !

 

Remord n°1 : Vous l’aimiez comme une folle depuis plus de un mois et demi. Tellement qu’à 16 ans et
munie d’une fausse carte d’identité, vous êtes partie chez le premier tatoueur du coin (un certain Bob) pour faire graver son nom sur vos hanches fines et galbées : « Kurt Cobain for
Ever » dans un cœur fléché.

Aujourd’hui, Kurt Cobain est mort, vous adorez Benjamin Biolay et, parce que vous n’avez plus la silhouette de vos 16 ans (damned !),
le cœur à l’encre bleue s’est transformé en grosse pomme de terre germée hideuse faisant fuir vos quelques amants. Mais reviens Jean-Charles !!!

Comment faire de la patate dermatologique une arme de séduction massive ?

Alors, il y a certes le « planquage » (paréo à la plage, à la piscine, au lit…), mais vous risquez à tout moment de vous faire surprendre. Si tel est le cas, inventez une
histoire sur votre vie d’avant du type « J’étais dans un gang… ouais, super dangereux… j’ai dû me planquer… un flingue sous l’oreiller… ».
De stupide fan, vous devenez une rebelle repentie marquée par un trouble passé.
So mysterious but so glamourous !

 

Remord n°2 : Cela fait trois semaines que vous êtes célibataire et pourtant vous commencez
sérieusement à manquer d’amour et surtout de compagnie. Vous vient alors l’idée lumineuse d’adopter un chaton angora. C’est bien un chaton, c’est tout petit, tout mimi, et rigolo quand il court
la queue en l’air derrière sa souris rose. Minou, minou, minou !

Problème : en moins d’un an, la minuscule boule de poil s’est transformée en monstre de 6 kilos, au miaulement déchirant à l’heure des
croquettes.
Votre appartement lui appartient, raison pour laquelle il s’est permis de refaire tapisseries et canapés dans un style « trashy élimé ». Il n’omet pas de parsemer de ses
longs poils votre dernière acquisition Vivienne Westwood équivalente à 4 mois de salaire brut.

Que faire de la bête sans s’attirer les foudres de Brigitte Bardot et de ses Bibi phoques ?

S’en débarrasser. Mais pas n’importe comment. On oublie de suite l’abandon sur l’aire d’autoroute ou au milieu du Bois de Boulogne. L’immonde chat serait capable de retrouver votre (son)
domicile juste pour le plaisir de voler le magret dans votre assiette.

Optez plutôt pour la
cession familiale qui ravira un des vôtres tout en soulageant vos membres griffés. À votre petite cousine anorexique par exemple en lui expliquant qu’un chat mange le gras de jambon plus vite que
son ombre ni vu ni connu.

Rhooo, c’est pas bien. D’être anorexique, pas de manger le gras du jambon.

 

Remord n°3 : La première chose que vous avez aimée chez lui, c’est son humour fin. Et ses fesses
aussi ! Et vous voilà, à rêver de mariage. Un vrai, avec la robe blanche, le voile, le curé et les cent vingt invités qui vous offrent quelques petit sous pour la confection du nouveau cocon
familial.Aussitôt
dit, aussitôt fait !

Et aujourd’hui que vous en reste-t-il ? La fête fut finalement de courte durée, la robe de princesse est emballée à tout jamais, l’argent de l’enveloppe nuptiale s’est volatisé à la vitesse
de l’éclair, … il ne vous reste plus que le boulet ; c’est-à-dire l’homme bedonnant et mains sur les coucougnettes devant un match PSG-OM.

Demeure-t-il un moyen de recycler son mec après le
mariage ?


La tache ne sera pas aisée, mais la réponse à cette lourde problématique existe. Il vous suffit de transformer le sombre paillasson qui vous sert de mari en véritable fée du logis.
Première étape : l’éduquer en lui montrant le fonctionnement de la machine à laver, le maniement de l’éponge en mode décrassage, en lui faisant découvrir le monde fascinant du
repassage.
Deuxième étape : s’armer de patience.Vous remarquerez très vite que si l’usage de l’aspirateur lui paraît relativement aisé car ludique, il fera preuve de faiblesse sur le maniement
du chiffon et le détartrage des toilettes. Ne lâchez surtout pas l’affaire, quelques années devraient suffire à le faire plier aux joies du ménage.

 

Remord n°4 : Toutes vos copines en ont déjà un. Sauf vous. Alors, horloge biologique ou pas, le
bébé c’est maintenant et pas après. Oui, même si vous n’avez que 13 ans (Alfie Patten, si tu me lis…) !

Le problème avec les enfants, tout comme avec les animaux, c’est que c’est plus sympa chez les autres qu’à la maison. Moitié dépressive, moitié
hystérique, et le marmot hurlant dans les bras depuis 12 heures d’affilée, vous en êtes à vous demander si vous n’allez pas créer un comité de soutien aux époux
Courgeaud.

Comment ne pas céder aux sirènes de Super Nanny et élever
son enfant aussi bien que Florence Pernoud ?

Première solution : on l’ignore. A force de crier famine, il trouvera bien le chemin de la voisine pour se repaître. A noter que cette dernière ira
forcément vous dénoncer à la DDASS et que l’assistante sociale placera le morveux dans une famille d’accueil toute gentille, qui habite un joli pavillon avec un jardin rempli de pâquerettes… et
un pitbull.

A cette solution que je vous accorde un peu extrême, existe une approche éducative : les grands principes de la vie pour application immédiate. Par
exemple : « Ne pas réveiller sa mère avant 13 heures le dimanche », « le pipi et la gastro, c’est la 2e porte à gauche et pas dans sa culotte », , « N’essaye pas de
parler, tu es muet » … Un enfant modèle à faire pâlir de jalousie toutes vos amies !

 

Remord n°5 : Après avoir voulu être infirmière dans l’armée de l’air, comptable, juge pour enfants
et chercheuse en biologie moléculaire, vous avez enfin trouvé votre voie : être actrice. Quelle ne fût votre joie quand vous avez enfin obtenu votre premier grand rôle dans « La
culotte à Charlotte » !

Malheureusement, et contrairement à toutes vos espérances, le film a eu une diffusion très confidentielle dans des salles de cinéma classées X. Pas de
quoi lancer une carrièr, mais laisser des traces de votre meilleur profil fessier sur Internet, oui !

Comment expliquer à votre future belle-mère que vous êtes
une fille bien sous tout rapport (en plus des fesses) ?

Assumez. Votre futur beau-père, lui, vous aime déjà !

 

Alors, on se sent l’esprit plus léger ? Ne me remerciez pas, je suis comme ça « généreuse par
nature » !

Advertisements