J’ai testé : être éco-citoyenne



« Si tout le monde consommait comme toi, il faudrait 3,1 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale ». Ah oui, quand même…

Mais qu’est-ce qui m’a pris de vouloir calculer mon empreinte écologique ? Moi qui me pensait petite BritBrit perdue dans sa ville incapable de faire du mal à un pigeon, me voilà
coupable
sans m’en rendre compte d’exercer une pression trop forte sur l’écosystème et la planète.
Alors je fais quoi ? Et bien je me transforme en éco-citoyenne prête à relever tous les défis écologiques pour sauver ma Terre et mes descendants.
Plus facile à dire qu’à faire.


Le geste écolo : Aller au boulot en vélo.

Pourquoi c’est top tendance ? J’ai une belle bicyclette bleue comme Laetitia Casta dans le téléfilm du même nom, du coup je me sens un
peu mannequin dans l’âme. Les jambettes à l’air pour bronzer, j’en profite pour me sculter un corps divin à coup de pédalier.
En pratique :
1. J’arrive toute rouge et dégoulinante de sueur au boulot. La standardiste me fait comprendre que je devrais mettre plus de déo ou arrêter le vélo.
2. J’ai à peu près absorbé 30 litre de gaz carbonique qui me permettront de développer une bronchite chronique d’ici peu.
3. En 1 mois, j’ai des mollets super développés. Ca contraste bizarrement avec mes cuisses de grenouilles.

Le geste écolo : J’abandonne la vaisselle à la main qui consomme 3 fois plus que le lave-vaisselle.
Pourquoi c’est top pratique :
Vous croyez vraiment que j’ai besoin de vous l’expliquer ?
En pratique : C’est super ! Sauf que je me dis que pour faire tourner mon lave-vaisselle, j’ai besoin d’électricité et que produire de l’énergie ça pollue. Du coup, je psychotte : vaut-il
mieux économiser de l’eau ou faire baisser la production énergétique ? D’un côté, si j’économise l’eau, je pourrai envoyer des litres d’Evian en Afrique sans que cela ne pénalise personne. De
l’autre, j’évite des rejets chimiques à échelle mondiale.
Résultat : j’ai gardé le lave-vaisselle et je ne dors plus.

Le geste écolo : Je fais mon compost toute seule comme une grande.
Pour c’est top natural : Mes plantes sont merveilleuses et tout cela grâce à
mes déchets organiques. Du coup, elles sont comme mes filles et comblent mon gros manque affectif.
En pratique : Le compost, ça pue. Mon appart sent les toilettes et mes voisins ne me parlent plus. Ils ont d’ailleurs déposé une plainte à la mairie pour « écologisme abusif ». Mon vide
affectif s’accroît de surcroît.

Le geste écolo : je ne mange que des produits de saison issus de ma région.
Pourquoi c’est top santé ?
Adieu bananes traitées aux pesticides et autres
mangues transportées par bateaux pollueurs, je ne mange que des fruits et légumes du coin, bio de préférence. C’est ce qui s’appelle manger sain pour se sentir bien.
En pratique : Dans ma région, l’agriculture c’est maïs et pommes de terre. Au bout d’un mois au régime local – pop corn et frites – , j’ai pris 10 kg et mes neveux m’appellent La Grosse
tout comme ma grand-mère qui pèse ses bons 75 kg.

Le geste écolo : Je ne porte que des vêtements en textiles éthiques et biologiques.
Pourquoi c’est top fashion ?
Je n’achète que du Stella
McCartney, une des rares créatrice à s’engager réellement dans la protection de l’environnement et le commerce éthique. Avouez qu’il y a pire en termes de mode.
En pratique :
La moindre pièce signée Stella coûte plus de 500 euros. Conséquence : je me rabats sur la collection Stella Mc Cartney pour Adidas et tout le monde me prend pour une prof de
gym qui aurait oublié de faire du sport, rapport à mes 10 kg en trop qui s’accrochent désespérement à mes fesses.

Le geste écolo : je remplace mes ampoules traditionnelles par des ampoules à basse consommation.
Pourquoi c’est top lumineux ?
Parce que c’est une
idée brillante.
Comment ça c’est nul mon jeu de mots à la Laurent Ruquier. Faites-en autant bande d’ingrats !
En pratique : J’ai une tête de déterrée dans le miroir grâce à cet éclairage plus blanc que blanc. Mes neveux me surnomme Casper le Gros. Je les déshérite au passage.


Voilà maintenant trois mois que je suis une éco-citoyenne active et voilà aussi trois mois que :
1. J’ai coupé les ponts avec mes neveux et ma grand-mère,
2. Je n’ai plus de relations sociales, mes voisins ayant fait ma réputation de « fille qui pue »,
3. Je suis une grosse à méga mollets.

Quoi qu’il en soit, si un jour la Terre crève, personne ne pourra dire « C’est de la faute à BritBrit ! »

Publicités