Fight Club : Fontenay VS. Bègue

Mise à jour du dimanche 7 décembre 2008 : Le fight n’a pas eu lieu, de même que la grande scène du pardon. Et pour cause, Geneviève n’a pas voulu de Valoche sur le plateau. Allez Geneu, on relie la Bible et les arguments ci-dessous pour que Gala puisse enfin organiser un shooting photo de la réconciliation.

OH MON DIEU !!! Nous y voilà déjà. Un peu moins d’une année aura servi à préparer le combat tant attendu par l’ensemble de la Table Ronde médiatique. Une joute télévisuelle que tout un chacun espère des plus spectaculaires et des plus virulentes.

 Avec pour toile de fond Endemol pour les gros sous, TF1 pour le décor et Jean-Pierre Foucault en arbitre de cérémonie, ce tournoi verra s’opposer deux femmes aux caractères bien trempés : une des vieilles à chapeaux les plus influentes des foires au boudin et une belle réunionnaise aux mille et une photos coquines. Ces deux tigresses cathodiques, vous les avez reconnues, il s’agit de Geneviève de Fontenay et de Valérie Bègue.

Et si, contrairement à toutes les attentes et tout comme pour la guerre de Troie de Anouilh, cet assaut final n’avait pas lieu ? Et si malgré les insultes envoyées par voie de presse, Geneviève la bafouée décidait d’abandonner la lutte ?

Parce que oui, en bons pacifistes que nous sommes, l’espérance d’une réconciliation nous habite secrètement. Geneu, pardonnez à Valérie ses petits écarts de conduite qui ont fait les choux gras des pages people. Entre incompréhension et prises de conscience, toutes les bonnes raisons sont réunies pour faire la paix. Explications.

 

Contrairement aux apparences, Valérie est altruiste.
La photo du scandale n°1 représentant la miss en train de lécher du lait
n’a pas pour but de faire s’éveiller les plus bas instincts des hommes en mal d’allaitement. Que nenni, que nenni, point de pornographie derrière ce cliché.

Si Valérie a autant donné de sa langue au lactose, c’est tout simplement parce qu’elle a décidé d’entrer en campagne contre un fléau qui touche beaucoup de cols du fémur des dames de l’âge de Geneviève : l’ostéoporose dont le calcium est un des remèdes. Ainsi, avant même d’être élue Miss France 2008, Valérie était tout simplement en train de lécher…  les bottes de la Dame au chapeau. Et ça a marché !

 

Contrairement aux apparences (bis), Valérie est spirituelle.
Et pour le prouver, c’est la photo du scandale n°2 qui fait foi où la réunionnaise pose allongée sur une croix plongée au milieu d’une piscine. Alors profanation ou provocation ? Ni l’un, ni l’autre.

Valérie est en fait une pieuse jeune femme qui se trouve fort dépourvue devant la crise des vocations des prêtres. Alors pour stopper l’hémorragie, la belle a décidé de donner de sa personne. Il faut dire qu’entre la vision d’astiquer les cierges devant un vitrail de la Vierge Marie et celle d’une Miss en pleine passion chrétienne, la promesse valérienne à de quoi faire lever… les abbés. Ah, le pouvoir de la publicité !

Geneviève a aussi un cadavre dans son placard.
Certes, il n’y a pas de photos de Geneu qui traîne dans les rédactions
d’Entrevue et de Chocs où on la verrait courir à moitié nue dans un champ de betteraves  ou encore habillée en pin up, à genoux et dos cambré sur un
canapé Lips de Dali.

Je parle d’une chose plus horrible encore, mise au monde par  l’indétrônable Présidente du Comité Miss France  ; il s’agit du scabreux Xavier de Fontenay, de son vrai nom Xavier Poirot. Ce n’est pas à propos de son physique ingrat qui oscille entre tête de spermato et tête d’ovule sur lequel je
veux m’attarder (quoi qu’une moumoute puisse déjà arranger pas mal de choses…). Cela serait trop facile.

Mais quand Geneviève parle de la perversité de Valérie Bègue, elle ferait mieux de regarder du côté de son fiston jadis adoré, qui fût accusé par certaines miss de gestes un chouilla déplacé (ceci dit, il n’a jamais été rien prouvé à ce propos…). Alors, il est où le gêne de la débauche si ce n’est chez les Fontenay ?

Il y a bien pire qu’une Valérie.
La dame au chapeau le clame dans tous les journaux : à cause de Valérie
Bègue, elle a vécu la pire des années de sa vie, et Dieu sait qu’il y en a eu.

Chère Geneviève, je ne veux gâcher en rien les prochaines années qu’il vous reste à vivre et que je vous souhaite encore nombreuses, mais le pire peut encore vous arriver : une pénurie longue durée de chapeaux noirs et blancs, le chicoungougnia (remarquez, ça aussi ça vient de la Réunion), vendre son cher Comité au Grand Capital (merde, c’est déjà fait…), une descente d’organes, …

Tout est finalement une question de relativisme.

La vengeance est déjà bien engagée et très cruelle
Valérie a fait du mal à Geneviève. Et bien Geneviève se venge tous les jours un peu plus. Car voilà, Geneviève est une ancienne Miss Elégance (1957) et mannequin chez Balenciaga. On a peine à le croire et pourtant c’est vrai.

Alors imaginez ce que se dit tous les jours la Bègue en voyant la tronche de son homologue de beauté : « Putain, j’veux pas finir comme ça. Je veux pas. ».Et oui Valérie, c’est ce qui s’appelle regarder son avenir en face. Ceci dit, devant un tribunal tu pourras toujours porter plainte pour harcèlement moral. On n’a pas idée d’infliger une telle réalité à une personne aussi jeune… enfin plus pour si longtemps.

Gageons à croire qu’à la lecture de ces arguments Geneviève de Fontenay saura enterrer la hache de guerre pour laisser place à une élection 2009 pacifiée, avec des miss en maillot une-pièce non échancré, des robes de princesse plan-plan, des musiques d’André Rieu et la présidence d’un Benoît Poelvoerde sous Témesta. Cool quoi…

Advertisements