Je déteste les messages vocaux !

Lady+Gaga+telephone

Je déteste le téléphone. Vraiment.

Et plus que le téléphone, je déteste les messages vocaux. 

Je suis d’accord qu’au siècle dernier, c’était plutôt rigolo. On découvrait la technologie, on s’amusait à parler dans le vide, on palpitait de savoir que l’autre allait nous entendre, ça nous faisait presque paraître intelligents de savoir déposer un message sans avoir peur de « la machine » et en évitant les « heu… ». Mais ça c’était avant. Si aujourd’hui vous m’appelez et que vous tombez sur mon répondeur, faites une seule chose : raccrochez, ma considération envers votre personne en sera plus grande.

En général, il y a deux groupes de personnes qui me laissent des messages sur mon répondeur.

  • Groupe 1 : ma mère, mais je lui pardonne parce que je suis sortie de son vagin et qu’elle a subi une épisiotomie à cause de ma tête « qu’on en a pas vu des comme ça depuis des générations à la maternité » (dixit la sage-femme qui a priori a quelques lacunes concernant la construction grammaticale de ses phrases)
  • Groupe 2 : toutes les personnes qui déposent des messages du type :

« Hey Brit, je vois que tu n’as pas répondu (quel futé, tu es !). C’est moi (sans blague ?). Rappelle-moi (dans tes rêves !) ! »

« Salut. Je sais que tu n’écoutes jamais tes messages (mais alors pourquoi tu en laisses un ??). Rappelle-moi (NE-VER !)

« Désolé de te laisser un message. Je t’envoie un mail » (Evite les étapes inutiles, blaireau !)

« Coucou Brit’, c’est Tiphaine. Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas eues au téléphone alors je me suis dit qu’on aurait pu papoter pendant une heure ou deux. Est-ce que tu as regardé Top Chef hier soir ? J’ai adoré la recette avec la canette. Tu as eu des nouvelles de Marjorie ? il paraît qu’elle est au fond du seau, rapport à une épilation du maillot qui a mal tourné, genre elle a les lèvres brûlées au 3ème degré. Mais bon avec de la Biafine, ça devrait aller mieux. De toute manière on peut jamais faire confiance aux esthéticiennes. Ni aux dentistes. Ni à mon ex. Je t’ai raconté qu’il sort avec un boudin ? Franchement, on dirait Nadine Morano avec un appareil dentaire et les oreilles du mec qui fait le Président dans Grosland. Et aussi tu as appris que… «
(voix de la messagerie) « Bip. Fin du message. Pour écouter votre message tapez 2. Pour l’effacer, tapez 3. Pour le ré-enregistrer tapez 5». S’il te plaît, tape 3. TAPE 3 !!!!

En dehors du fait que tous ces messages sont relativement pénibles à écouter, ils représentent pour moi une charge de travail supplémentaire et inutile.

D’abord, il faut que j’appuie sur l’icône répondeur. En général, elle fonctionne une fois sur deux. Du coup, je dois rechercher dans mes notes quel est le numéro pour appeler ma messagerie.
Ensuite, j’écoute les messages. Comme évidemment, j’en ai quatre tonnes, il est nécessaire que j’aille chercher un papier et un crayon – ces deux éléments ayant la fâcheuse habitude de se cacher au moment opportun m’obligeant ainsi à retourner l’appartement pendant un quart d’heure – pour noter qui m’a appelé et le numéro auquel je dois rappeler.
Trois fois sur quatre, la personne ne parle pas très distinctement. Je dois alors réécouter le message au moins quatre fois pour faire la distinction entre 65 et 67.
Pour finir, j’appuie sur 3 pour effacer un à un chaque message.
Résultat, j’ai perdu 20 minutes de vie pour des conneries. Ce n’est pas que je sois radine en la matière ou partisane d’une efficacité suprême, mais j’estime que pendant ce temps j’aurais pu lire un SMS ou un mail (20 sec.), y répondre en conséquence (2 min.30) et passer à autre chose comme faire du vélo, étudier l’anatomie de Ryan Goslin, manger,…

Cependant, il y a une exception à cette haine du message vocal. Si elle vous concerne, n’hésitez pas à abuser de mon répondeur, il est là pour ça.

« Hello Brit’, C’est James. James Franco. Je voulais juste te dire que tu me manques terriblement. Mon cœur ne bat que pour toi ; mes pensées ne vont que vers toi. C’est certainement pour ça que je t’attends juste en bas de chez toi. Rejoins-moi ».

About these ads