Astuce pour survivre en temps de crise

Chers lecteurs de BritBrit Chérie,

Sachez-le : on a beau avoir du talent, force est de constater qu’on n’est pas toujours à la hauteur de ce dernier. Le billet qui suit en est la preuve flagrante.

L’auteure refusant de prendre conscience que ce post est digne d’une adolescente biactolée sous l’effet d’un panaché, c’est donc au nom des parents de cette dernière, de son chat, de son prof de poésie de 5ème et de la maison d’édition que nous tenons à vous dire PARDON. Vraiment.

Océane Morand
Editrice spécialisée en blogueuses sous opiacés
____________________

Professionnellement parlant, je suis dans une période que l‘on pourrait qualifier de « traversée du désert ». Cela peut arriver à tout le monde, même aux meilleurs (cf. Thierry Ardisson, Laure Manaudou, Kesha,…).

Il était donc temps pour moi d’envisager comment je vais gérer ce "creux". Si je dresse un bilan rapide de mes comptes, j’ai mis assez d’argent de côté pour payer 2 mois et 21 jours de loyer, et subvenir à mes besoins primaires, à savoir manger et boire de l’alcool pendant environ 15 jours. Il me fallait donc réfléchir à quelque chose de plus « malin » pour que cette disette monétaire soit la moins douloureuse possible.

Et la solution s’appelle…

SANGRIA !!!

Oui, à première vue, cela peut paraître un peu loufoque mais je peux vous assurer que c’est LA solution à faible coût pour remédier à cette problématique financière.

Lisez plutôt.

Pour faire un pichet de sangria, on a besoin de 2 bouteilles de vin « spécial sangria » disponibles dans le commerce pour environ 4/5 euros pour 3 litres et de fruits pourraves que l’on peut trouver pour rien en grattant les fins de marché auprès des primeurs arabes.

Ensuite, il ne me reste plus qu’à boire et manger les fruits. Et hop, je suis nourrie et hydratée !

Regardez comment grâce à Sangria j’ai l’air vive d’esprit tout en étant décontractée !

Parfois, je m’épate par toute cette ingéniosité qui sommeille en moi. Il faut dire que j’ai été très motivée intellectuellement dans cette réflexion par une phrase que j’ai lu sur un blog de développement personnel qui disait ceci à quelque chose près : « Vous êtes une grande partie du remède à tous vos problèmes ».

Je sens en tout cas que cette solution va me permettre non seulement de déjeuner, mais aussi d’entamer mes recherches professionnelles avec beaucoup plus de gaieté et d’optimisme alors que nous sommes plongés au cœur d’une des pires crises économiques que traverse le monde.

Certes, elle n’est pas particulièrement adaptée si l’on a quelques problèmes avec l’alcool mais à un moment ou l’autre, il faut savoir choisir ses batailles. Et j’ai choisi !

About these ads