Choses à faire à Hossegor

  • Lorgner les surfeurs.
  • Regarder un homme avec un détecteur de métaux ramasser des capsules de bière et les ranger consciencieusement dans  un sac marqué « Les marchés du monde avec Fleury Michon ».
  • Se laisser bercer par le bruit de l’océan.
  • Se laisser emmerder par le bruit des conversations téléphoniques sur le sable.
  • Faire l’expérience de la claustrophobie affective « grâce » à la présence de ses parents qui se sont invités. Paraît-il que l’on est mieux servi que par soi-même (dixit ma mère).
  • Faire un tour au marché artisanal.
  • Envisager l’achat d’un abat jour avec des fleurs prises dans de la résine.
  • Envisager l’achat d’un bateau en coquillage.
  • Envisager l’achat d’un masque mi-vénitien, mi-africain pour la beauté de l’art déstructuré (dixit le vendeur).
  • Réfléchir à ce que serait la vie dans une maison avec toutes ces horreurs en décoration.
  • Vomir.
  • Appeler le médecin.
  • Rêver à une vie dans un combi Volkswagen des années 60.
  • Prendre un cours de surf.
  • Décider que finalement le surf, c’est plus un état d’esprit qu’une pratique sportive. Du coup, s’habiller comme une surfeuse.
  • Passer devant un groupe d’adolescents qui commentent « A son âge, c’est ridicule ».
  • Appeler le médecin pour une ordonnance de tranquillisants.
  • Aller à la plage des culs-nus.
  • Marcher dans les pas de Kelly Slater.

    Oh Kelly !

  • Se rétamer la figure au Rock Food, THE bar du coin, devant un groupe d’anglaises hilares.
  • Avoir l’impression de vivre avec un balai et une pelle rapport au sable qui s’incruste insidieusement dans l’appart.
  • Revoir le groupe d’anglaises du Rock Food qui ressemblent à un bouquet de crevettes. Bien rigoler.
  • Coucher avec un surfeur et avoir un accident de préservatif.
  • Appeler le médecin en urgence.
  • Vu le nombre de surfeurs in situ, décider d’enregistrer le numéro du médecin dans son répertoire.
  • Regarder la pluie tomber.
  • Regarder les familles avec leurs braillards.
  • Se féliciter d’être contre le mariage et les enfants.
  • Ca vous fait penser qu’il faudrait que vous investissiez dans un congélateur. Au cas où.
  • Boire au très bobo Hôtel Mercedes.
  • Appeler le médecin pour céphalées et éventuellement vous raccompagner en Méhari à l’appart.
  • Ecouter la boîte vocale dérouler son message.
  • Ne pas laisser de message, vous savez qu’à ce degré d’alcoolémie, vous pourriez dire n’importe quoi.
  • Envoyer 15 SMS au médecin.
  • Finalement, dormir à l’Hôtel Mercedes (vous ne savez vraiment plus où vous habitiez).
  • Relire les SMS envoyés au médecin et s’étonner de lire les mots « psoriasis », « Je t’aime » et « spéculum ».
  • Arriver à la constatation qu’à ce degré d’alcoolémie là, vous écrivez n’importe quoi également.
  • Prendre le petit-déjeuner au bar de l’hôtel et remarquer les clins d’œil du patron. Vieux, le patron. Et pas gâté par la Nature.
  • Se demander si on a eu quelque chose à voir avec le patron la nuit passée.
  • Réfléchir.
  • Re-réfléchir.
  • Oops…
  • Se cacher derrière une tranche de brioche.
  • S’essuyer le visage, la tranche de brioche était tartinée de beurre.
  • Aller voir la mer.
  • Respirer.
  • Oublier.
  • Ou pas.
About these ads