Mon Grand Pardon aux blogueuses beauté

Je ne lis pas les blogs beauté. Je trouve ça ennuyeux, inintéressant et complètement futile pour ne pas dire stupide. Je pense que les filles qui tiennent ce genre de blogs – exception faite de celles qui ont un blog beauté mais qui me lisent parce que je tiens à préserver l’excellente santé de mes statistiques – ont dû faire face à de sacrés problèmes avec leur physique comme une couperose, une rupture de stock Biactol à 15 ans ou une jambe en bois. Ou alors, il faut qu’on m’explique comment on peut passer une bonne partie de sa vie à tester sur soi des crèmes gommantes au noyau de brugnon ou les spécificités des brosses à mascara à picots plastiques alors qu’un bon lapin ou un chat borgne, façon laboratoire d’expérimentation animale, pourraient très bien faire l’affaire.

Mais aujourd’hui, je souhaiterais faire mon Mea Culpa et m’excuser de ce snobisme à deux balles basé sur un élitisme « blogistique » sans fondement, complètement subjectif et empreint à n’en point douter d’un brin de jalousie envers celles qui voient affluer des hordes de lectrices à peau grasse qui cherchent à planquer des oreilles décollées en misant tout sur le regard (n’importe quoi !).

Je le dis ainsi très humblement,
Pardon.

Voilà.

Bon à la vérité vraie, c’est que je rencontre comme un sérieux problème avec un autobronzant et je me rends bien compte que si j’avais daigné, ne serait-ce que jeter un coup d’œil, sur les blogs beauté, je n’en serais pas là. Je m’explique.

Issue de la fécondation d’un ovule d’origine transalpine et d’un spermatozoïde ibérique du sud, je suis naturellement hâlée. Sauf que, si le haut de mon corps a bien pris en compte l’héritage épidermique sud-européen de mes origines, il apparaît qu’il y a comme un bug au niveau de mes jambes qui souffrent d’un syndrome certainement écossais dit de « Casper le petit fantôme ». Ceci m’oblige par temps de pluie à user de la technologie cosmétique moderne : l’autobronzant !

Voilà pourquoi, je suis en train de « composer » depuis 3 jours avec un autobronzant qui rend les jambes pailletées comme on en fait plus depuis les années 90. Oui, vous avez bien lu : un autobronzant PAILLETÉ, parce que cela aurait été trop facile s’il n’y en avait pas eu du glitter. Je scintille comme une luciole, et bien que cet insecte soit parfaitement de saison, je doute que la paillette soit tout à fait de mon âge.

C’est vrai quoi, je suis une adulte maintenant. Je bois du café noir, j’envisage l’achat d’une machine à pain, je ne suis plus fan des N ‘Sync et j’ai même troqué les 300 euros que j’aurais dû dépenser en cabines de bronzage contre des frais dentaires pour mon chat. C’est ça être adulte : savoir faire passer le bien-être de ses enfants avant le sien.

Alors en tant qu’adulte, j’ai décidé d’assumer fièrement mes jambes scintillantes en me disant que cela sera mon meilleur accessoire de l’été et en me persuadant que le fait de chatoyer peut être très swag dans certaines circonstances comme aller à la piscine, acheter des Petits Poneys chez Toy’s r us ou se placer devant un bar pour rabattre des clients.

Par contre, je ne suis pas sûre qu’en tant qu’adulte je sois tout à fait capable d’arriver à prendre sur moi les traces carottes avec OGM qui donnent à mes jambes des airs de braies d’halloween.

Alors, si tu es une blogueuse beauté, je veux bien quelques idées pour que mes jambes redeviennent aussi blanche que la Sainte-Vierge. A défaut de quoi, tu peux oublier mes excuses et t’asseoir sur tes aisselles avant que je ne te reconsacre un Yom Kippour !

About these ads