Que sont devenus nos joujoux préférés ?

Que nous avons rêvé devant ces jouets promus en boucle par la publicité sur Antenne 2. Que nous avons eu de cris, de trépignements de pieds et de larmes de crocodile pour faire céder de gré ou de force nos parents dans le but de les obtenir. Que nous avons adoré jouer avec eux pendant des mercredis après-midis entiers, délaissant tables de multiplication et autres tableaux de conjugaison.
Puis un jour, nous les avons abandonnés. Trop vieux, trop mâchouillés, trop pour les petits. Nous étions désormais grands et préférions nous entraîner à embrasser le dos de notre main au cas où le premier baiser se présenterait par inadvertance.

Parfois, on y repense à ces jolis jouets. Le premier baiser était finalement trop mouillé pour nous laisser un souvenir impérissable, alors on s’accroche à ce reste de candeur qui se cache au fond de nous avant de replonger dans les abîmes de ce que l’on appelle poliment la maturité. Mais que sont-ils devenus tous ces bouts de plastique choyés ? Leurs parcours professionnels ont-ils déviés vers d’autres chemins ? Passent-ils leur retraite sous le soleil de Californie ? Flashback et retour vers le présent de cinq jouets stars des années 80-90.

La Famille Doucœur

Pendant mormon au monde décadent de cette prostipute de Barbie, la famille Doucœur, avec sa jolie maman lookée Mad Men, son gentil papa et ses deux adorables bébés, ressemblaient comme deux gouttes d’eau à la famille Ricorée. Ses principales activités tournaient autour des plaisirs simples de la vie comme aller au parc, pique-niquer et changer les couches. La famille Doucœur, c’était vraiment la famille du bonheur !

Que sont-ils devenus ? On ne peut-être aussi parfaits sans cacher quelques vices. Maman Doucœur était en réalité une junkie addicte aux spaces cupcakes à la rose ce qui, en plus de la faire planer toute la journée, la fit énormément grossir. Arriva ainsi ce qu’il devait arriver : elle fit une overdose mortelle lors de sa cure d’amaigrissement à la presqu’île de Quiberon. Papa Doucœur, déjà très fragile psychologiquement, sombra dans une dépression profonde. Dévasté par le chagrin, il commença par étouffer ses deux bébés Doucœur avec leurs propres langes fraîchement souillés et mit ensuite sa tête dans le four pour fondre lentement dans d’atroces souffrances. En fait, la famille Doucœur, c’était surtout la famille de l’horreur.

G.I Joe

C’était le soldat de l’extrême prêt à tout pour sauver les grands Etats-Unis d’Amérique des méchants communistes. Il fut engagé volontaire sur toutes les grandes guerres (Vietnam, Irak, Palestine,…) parce que G .I Joe est la marque du courage patriotique. Les balles qui traversaient son corps, ils les enlevait avec deux doigts et un cintre ; il décapitait en deux coups de dents un Vietcong et était capable de poignarder un bébé chat afghan sans une larme tout en faisant jouir une paysanne yougoslave vierge et non consentante. En bref, G.I Joe, c’était pas un pédé.

Qu’est-il devenu ? Sans le savoir, G.I Joe fut l’objet d’essais cliniques à l’uranium appauvri qui visaient la lutte contre la myxomatose du lapin angora nain. « Quand je me suis aperçu qu’une jeune paysanne yougoslave que j’avais gentiment honorée en 1991 avait mis au monde 9 mois plus tard des quadruplés avec une infection purulente des yeux et des coucougnettes énormes, je me suis dit qu’il y avait un problème », raconte-t-il des trémolos dans la voix tout en serrant très fort la main de son compagnon Elton avec qui il s’est pacsé en 2001. « Ce qui m’embête le plus, ajoute-t-il, c’est de savoir que malheureusement, malgré les recherches médicales, des lapins souffrent et meurent toujours de cette affreuse maladie. » Nous aussi, on en est super tristes.

L’arbre magique

L’arbre magique cachait dans son feuillage un coquet petit appartement desservi par ascenseur où vivait paisiblement une famille de hippies handicapés – les malheureux avaient les jambes collées l’une contre l’autre et les bras scotchés au tronc -. Ecolo avant l’heure, il était la représentation d’une vie simple et heureuse passée au contact de la nature. Aujourd’hui, il aurait été labellisé Cécile Dufflot

Qu’est-il devenu ? On n’appelle pas ses enfants Choupi et Choupette sans attirer quelques soupçons du voisinage. Après une longue enquête de police, la famille fut rapidement placée sous les verrous pour trafic de stupéfiants (l’arbre aurait été croisé avec du cannabis) ce qui mit fin immédiatement au versement de leur pension d’invalidité et laissa le triste feuillus à l’abandon.
Il fut alors récupéré par une association écolo féministe « Les femmes à barbe » qui en fit le symbole vivant contre la déforestation pubienne. Aujourd’hui, il est encore très impliqué dans ce combat et croit fermement qu’un jour le poil vaincra.

Musclor et les maîtres de l’Univers

L’histoire de Musclor était celle d’un gentil barbare blondinet bodybuildé un max, dont les missions consistaient à sauver la galaxie de l’horrible Skeletor, qui lui pour le coup n’avait même pas la peau sur les os. Tout cela donna lieu à des guéguerres insipides avec, entre autres protagonistes, She-ra, la sœur travelo de Musclor, et une foultitude d’autres guerriers dont les patronymes se terminaient en –or (serpentor, Maskor, Moussor, Spector,…). Parmi tout ce beau monde, on évoque régulièrement un Dieu très vieux, le Crâne Ancestral, qui vient quand on l’appelle. Passionnant. Ou pas.

Que sont-ils devenus ? On ne se nomme pas Les maîtres de L’univers avec pour crédo « Par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens la force toute puissante » impunément, c’est forcément qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Bingo ! Musclor et ses amis furent classés en 1989 dans la liste des organismes sectaires à but très lucratif par la commission d’enquête sur les sectes de l’assemblée nationale. Aujourd’hui, la secte n’existe plus car, sur le modèle du Temple Solaire, l’ensemble des Maîtres de l’Univers décida d’invoquer une dernière fois le crâne ancestral en s’immolant par le feu. Si plusieurs de leur crâne furent bien retrouvés, celui dit « ancestral » semble ne jamais avoir été découvert prouvant ainsi que leur mouvement idolâtrique était une vaste connerie.

Les Popples

Petits animaux pelucheux improbables aux couleurs psychédéliques, les Popples ont pour particularité de se rouler en boule pour se ranger dans une poche située sur leur dos et sauter dans tous les sens. Autrement dit, ils ne servent à rien à part prendre la poussière et attirer les acariens.

Que sont-ils devenus ? Au cours de la dissection de Popples, on découvrit deux choses essentielles :

  1. Les Popples sont en réalité de gros dégueulasses qui font leurs besoins dans leur poche et les ingurgitent ensuite pour faire de la place. On peut voir ça comme un système vivant de fosse sceptique.
  2. Avec plus de 99,8 % de gènes en commun avec l’Homme, ils sont les candidats idéaux pour toute expérimentation animale. Ainsi, grâce à eux, on a pu découvrir que la pommade hémorroïde provoque d’importants saignements de cornées si on l’applique sur les yeux, que faire pousser des ongles sur les oreilles ne sert à rien et qu’arracher les cordes vocales sans anesthésie fait très mal même si à la fin le patient ne peut plus hurler de douleur. Merci la science et surtout merci les Popples, on n’aurait jamais pu trouver ça sans vous.

J’espère qu’en l’espace de ce billet vous avoir permis de retomber en enfance. Bien entendu, si vous souhaitez en savoir plus sur vos jouets fétiches disparus, je me tiens à votre disposition pour mener l’enquête. Sinon, je cherche à faire des heures de baby-sitting, j’ai des histoires très réalistes à raconter à vos enfants sur leurs joujoux préférés.

About these ads