Dans les toilettes des filles…

Ce mois-ci sur le champ opératoire et une fois n’est pas  coutume, un lecteur de Ladies Room tente de regarder par la serrure de la porte des toilettes des filles. Le docteur BBC saura-t-elle trouver les mots justes pour contenter l’individu en perdition, les yeux coincés dans la fente de nos waters ? La réponse tout de suite.

Chère BritBrit Chérie,

Une fois n’est pas coutume, c’est un homme qui vous écrit aujourd’hui.

Pour me présenter brièvement, je m’appelle Nicolas ou Nico pour les intimes ou Nick pour quand je prends l’accent américain et que je drague en boîte. D’ailleurs samedi, grâce à cette astuce de serial lover, j’ai réussi à lever une rouquine pas farouche pour un sou qui répondait quand on l’appelle par le prénom de Loou. Elle s’est un peu vantée de vous connaître alors que franchement elle n’avait pas besoin d’en faire autant pour que je l’honore comme il se doit.
J’ai 31 ans, je pratique le football sur tatami et je suis passionné par la culture des légumes oubliés avec cependant une petite dérogation pour les artichauts. Et vous, vous aimez les plantes potagères ?

Fervent lecteur de Ladies Room et plus particulièrement de vos articles, je suis toutefois resté pantois devant le thème de votre prochaine journée spéciale : « les toilettes ». Oui, celles-là même où l’on fait la vidange et tout le reste. Vous vous droguez ou quoi chez Ladies Room ?

Après, il est vrai que le sujet ne manque pas d’intérêt. Si l’on sait parfaitement ce que nous, les mâles, y faisons (jouer aux pompiers et aux gros tuyaux, remettre en place ses glaouis dans le slip, comparer à celui qui aura la plus rigolote,…), en ce qui vous concerne, le mystère demeure entier. Mais vous y faites quoi aux toilettes ? Et pourquoi avez-vous besoin de vous y rendre en groupe ? Cela m’intrigue vraiment. Vous pouvez m’en dire plus ?

Mes respectueuses salutations les plus profondes,

Nicolas aka Nico re-aka Nick

__________________

Cher Nicolas ou Nico ou Nick,

Je t’arrête tout de suite : point de drogue ou de substances toxiques à la rédaction de Ladies Room. Tout comme toi, nous nous sentons très proches de la nature et apprécions la culture des plantes. D’ailleurs, sur le bureau de notre assistante de rédaction, la jolie Steffich, trône de jolis plants dont nous nous servons pour faire des tisanes. Et c’est vrai que la nature a des effets bénéfiques ; c’est grâce à ses infusions magiques que nous arrivons à trouver des sujets aussi inspirants que celui des toilettes.

Sinon, je suis bien embêtée pour répondre à ta question car dès la naissance, chaque fille signe de son sang une déclaration de confidentialité concernant en vrac le contenu de leurs sacs à main, la manière de tenir sans anicroches sur des talons, les ragnagnas et tout se qui  touche à nos activités dans les « Ladies Room » (trad. : toilettes pour dames, mais avais-je besoin de translater pour toi qui pratique couramment l’accent américain ?).

Tout ce que je peux te dire est qu’il s’agit d’un endroit enchanteur, qui sent bon la rose et le jasmin, le papier toilette est tissé dans des fibres de soie et où une douce musique vient caresser nos oreilles. Voilà pourquoi, et ceci explique en même temps notre besoin de nous y rendre à plusieurs,  dnous nous y laissons aller à nos faiblesses les plus ultimes comme jouer au Shi-Fu-Mi, échanger nos soutiens-gorge, débattre sur la situation syrienne, s’embrasser entre filles.

Pour ma part,  c’est tout ce que je peux te dévoiler, mais je suis persuadée que la journée spéciale Toilettes du 22 décembre t’aidera à en savoir un peu plus sur ce lieu d’aisance classé « Ladies confidential, males forbidden ».

J’oubliais : pour te remercier de ta lettre et parce que Noël approche à grands pas, toute la rédaction se joint à moi pour t’offrir un merveilleux balai chiottes et un sticker « Baisse la lunette » à coller sur ta cuvette. Grâce à nous, tes toilettes seront également de la fête !

Docteur BritBrit Chérie,
Doctorante diplômée par la très sélecte Water-Closets Psychiatric University.

PS : Je te laisse un message de Loou qu’effectivement je connais personnellement : « La prochaine fois que tu as une panne, c’est pas la peine de pleurer et de téléphoner à ta mère ».

_________________

Retrouvez toutes les consultation du Doc BBC en cliquant ici !